Citigroup prépare sa nationalisation partielle

 |  | 165 mots
Lecture 1 min.
Pendant que ses concurrents s'empressent de se désengager de la tutelle fédérale, Citigroup s'apprête à accueillir le gouvernement américain dans son capital ordinaire. L'ancien numéro un bancaire mondial par la capitalisation a annoncé qu'il « s'attendait à lancer » cette semaine un échange de titres (préférence/ordinaires) qui devrait porter sur 58 milliards de dollars, au terme duquel l'État américain se retrouverait à la tête de 34 % de son capital, devenant ainsi le principal actionnaire de l'établissement. La troisième banque américaine comptait lancer en avril la conversion de 52,5 milliards de dollars de titres de préférence en actions ordinaires. Mais le montant de l'opération a été augmenté à l'issue des « tests de résistance » qui lui ont imposé de lever 5,5 milliards de dollars supplémentaires. Cette opération interviendra alors que le régulateur bancaire assurant les dépôts (FDIC) veut réaménager le management de la banque dirigée par Vikram Pandit. E. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :