Le Congrès veut torpiller les fusions entre régulateurs

 |  | 413 mots
Lecture 2 min.
égulationDes pans importants de la vaste réforme réglementaire de Wall Street promise par l'administration Obama pourraient être abandonnés. Selon les informations circulant à Washington depuis un dîner qui a réuni le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner, et d'influents élus du Congrès, le gouvernement américain devrait renoncer à fusionner la Securities and Exchange Commission (SEC) et la CFTC. La première contrôle les marchés d'actions et d'obligations, la seconde surveille les marchés dérivés. On en saura plus la semaine prochaine puisque le Secrétaire au Trésor a annoncé hier que le Président Obama présenterait la semaine prochaine sa réforme couvrant l'ensemble de la finance (banques, hedge funds...). Proposé l'an dernier par l'ancien secrétaire au Trésor, Henry Paulson, ce rapprochement entre la SEC et la CFTC était aussi envisagé par son successeur. Leur objectif initial?: consolider la supervision trop fragmentée des marchés et surveiller plus étroitement les « credit default swaps » (CDS), les contrats de couverture contre les défauts de crédit, qui ont entraîné la nationalisation de l'assureur AIG. La semaine dernière, la présidente de la SEC, Mary Schapiro, a jugé « logique » que les deux agences fusionnent, mais prévenu que, faute de mariage, elle s'engagerait à mieux coordonner leurs travaux. CONCENTRATIONLe Trésor aurait renoncé à cette fusion par crainte de braquer les élus contrôlant les puissantes commissions agricoles du Congrès qui ont autorité sur la CFTC. La SEC, elle, dépend des commissions bancaires et des services financiers. En préservant les parlementaires, Timothy Geithner espère que le Capitole adoptera une réforme néanmoins ambitieuse avant la fin de l'année.Concernant les autres sujets de la réforme, le président de la Banque centrale, Ben Bernanke, précise que la répartition « exacte » entre les pouvoirs qui seront conférés à la banque centrale et ceux dont héritera la Fdic, le régulateur bancaire garantissant les dépôts, est « en discussions ». Le Trésor milite pour que la Fed devienne le régulateur du risque systémique, tandis que des élus craignant une trop grande concentration de pouvoirs demandent la création d'un « conseil des régulateurs ». Enfin, une fusion entre l'agence fédérale chargée de la supervision des banques nationales (OCC) et celle ayant autorité sur les caisses d'épargne (OTS) semble faire l'objet d'un consensus.Éric Chalmet, à New York

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :