Affaire Stern  :  le procès débute dans l'émotion

 |   |  410  mots
JusticeLe procès de la maîtresse d'Édouard Stern, qui a avoué avoir tué le banquier français, s'est ouvert hier à Genève dans une vive émotion. Sur le banc des accusés, la Française Cécile Brossard, en prison depuis quatre ans, s'est adressée aux enfants de son célèbre amant pour la première fois depuis la nuit du crime, le 28 février 2005. « Je voudrais demander pardon, mais on ne peut pas demander pardon pour quelque chose d'aussi abominable », a-t-elle expliqué en larmes. « La seule chose que je puisse faire, c'est d'essayer d'expliquer la vérit頻, a-t-elle poursuivi.relation tumultueuseTrès marquée physiquement, Cécile Brossard a défendu la mémoire de celui avec lequel elle entretenait une relation tumultueuse depuis 2001 et qui a été retrouvé mort dans son appartement genevois vêtu d'une combinaison en latex. « C'était un homme intelligent, raffiné, extraordinaire à tous égards? Je ne veux pas que ce procès salisse sa mémoire mais seulement dire comment j'en suis arrivée là. »Cécile Brossard, dont les avocats ont annoncé plaider le crime passionnel passible de dix ans de prison, soit la moitié de la peine encourue pour meurtre, s'exprimait à l'issue des témoignages de la famille d'Édouard Stern, ses trois enfants et son ex-femme. Celui des enfants s'est déroulé à huis clos à la demande de leur avocat, Marc Bonnant, un ténor du barreau genevois. Puis ce fut le tour de leur mère, Béatrice, qui n'est pas partie civile car divorcée du banquier depuis 1999. La voix étranglée, elle a également décrit son ex-mari avec lequel elle était restée en « bons termes » comme un « homme extrêmement gentil », « le héros des enfants ». « Il avait des défauts mais il était assez exceptionnel », a-t-elle expliqué, reconnaissant qu'« il pouvait être sec, colérique, soupe au lait ».La personnalité du banquier, 38e fortune de France et ami du gotha, sera au c?ur de ce procès très médiatique qui doit faire la lumière sur les raisons ayant poussé Cécile Brossard à tuer son amant. Pour maître Bonnant, Cécile Brossard est une personne « systématique, lucide, et de sang-froid » qui a organisé sa fuite en Australie après le meurtre, contactant même sa banque lors d'une escale à Vienne pour tenter de lever le séquestre sur le million de dollars promis par son amant. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :