L'Amérique n'a pas fini de vivre à crédit

 |   |  535  mots
Il y avait déjà les dépenses liées à la guerre en Irak et les cadeaux fiscaux pour creuser le déficit budgétaire américain. Depuis, est venu le ralentissement économique qui, en rognant les rentrées d'impôts et en augmentant les demandes d'allocations chômage, a alourdi un peu plus les comptes. Résultat, le déficit budgétaire pour l'année fiscale 2008 (achevée le 30 septembre dernier) s'est littéralement envolé.À 455 milliards de dollars, son montant a presque triplé par rapport à celui de l'an passé, un record. Enfoncé, le déficit record de 2004, qui s'affichait pourtant à 413 milliards de dollars ! Et ce n'est évidemment pas fini. Si le Trésor américain n'a pas jugé bon de réviser une fois de plus à la hausse ses prévisions pour l'année fiscale 2009 qui débute - il continue d'estimer le fossé à venir à 482 milliards de dollars -, il y a fort à parier que ce niveau sera largement dépassé : certaines projections vont même au-delà des 1.000 milliards de dollars, ne serait-ce qu'en raison du coût du plan de sauvetage bancaire...Face à cela, de nouvelles dépenses, liées à un effort budgétaire supplémentaire dans le but de doper l'activité économique, seraient toutes relatives. Au début de cette année, le Congrès avait déjà adopté des mesures dans ce sens, pour un montant total de 168 milliards de dollars, et qui avaient d'ailleurs permis de limiter les dégâts causés par le ralentissement. Les élus démocrates au Congrès réfléchissent actuellement à un nouveau " package " de 150 milliards de dollars.NOUVELLES DEPENSESDe leur côté, les deux candidats à la Maison-Blanche ne sont pas non plus en reste question dépenses. En cette période de crise, il faut bien rassurer les électeurs potentiels. Ainsi, le républicain John McCain a lancé l'idée d'un nouveau plan, notamment pour aider les Américains à préserver leurs économies pour leur retraite, dont le coût pour l'État pourrait être de 52,5 milliards de dollars.Le démocrate Barack Obama a, quant à lui, proposé, côté immobilier, un moratoire sur les expulsions, et côté travail, des crédits d'impôts pour les créations d'emplois, le tout se chiffrant à 60 milliards de dollars sur deux ans. Autant de nouvelles mesures qui risquent de creuser encore un peu plus les comptes publics américains.McCain-Obama, ou la guerre des impôtsLe candidat démocrate, qui affiche une avance de 14 points dans les sondages sur son rival républicain, a aussi pris l'avantage dans l'usage d'Internet. Sa dernière astuce : ObamaTaxCut.com, le site qui calcule les impôts selon les propositions de l'un ou de l'autre des deux candidats. Du concret, du rapide, qui devrait convaincre les électeurs - au-delà de l'antienne républicaine selon laquelle les démocrates veulent augmenter les impôts et des dénégations démocrates... Les chiffres sont clairs : un ménage de la classe moyenne (75.000 dollars de revenus et quelques allégements) paierait 5.631 dollars d'impôts en 2009 avec Obama contre 7.232 dollars avec McCain. Inversement, une famille aisée (250.000 dollars de revenus avec quelques avantages) paierait 54.276 dollars au fisc version McCain et 55.717 version Obama...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :