Le prix

 |   |  397  mots
chronique des marchésLa première raison d'être de l'Autorité des marchés financiers (AMF), en charge de la protection de l'épargne, est sa capacité de traiter avec diligence les manquements commis par les acteurs du marché, pour que ces dossiers ne connaissent pas les affres de la lenteur des tribunaux. Cette célérité est parfois prise en défaut et le régulateur s'est fixé comme priorité de raccourcir les délais de ses procédures de sanction. Cette célérité n'a par contre pas fait défaut pour le long communiqué didactique émanant du ministre du Budget, Éric Woerth, volant au secours de son ancien collègue du gouvernement, Jean-Pierre Jouyet, qui a pris les rênes de l'AMF le 15 décembre dernier. En réagissant à peine quelques heures après la publication d'un entrefilet paru dans « Le Monde », ce communiqué entend tuer dans l'?uf la polémique sur les émoluments du président de l'AMF. Si on apprend que son indemnité de fonction (s'ajoutant au traitement afférent au premier groupe supérieur des emplois de l'État classés hors échelle, soit 82.326,10 ?) a été portée par un arrêté du 19 janvier de 149.000 à 220.000 euros par an, le ministère du Budget précise que ce n'est qu'un retour aux émoluments touchés par son prédécesseur avant que celui-ci ne doive renoncer à une partie de ceux-ci pour cause de droits à la retraite égaux à cette baisse. Loin de répéter la flambée de la rémunération du président de la République, cette hausse n'est donc qu'un trompe-l'?il. Toutefois le montant lui-même ne manquera pas d'être raillé par les acteurs de la gestion collective, qui contribuent pour l'essentiel au budget de l'AMF. Il est vrai qu'à titre de comparaison le patron de la Fed, Ben Bernanke, ne touche que 153.000 euros, même pas la moitié de la rémunération de Jean-Pierre Jouyet. En tout cas, voici de quoi confirmer qu'en France, la première vertu des autorités administratives indépendantes c'est d'attirer des talents en échappant à la grille de la fonction publique. Christophe Tricaudl'indemnité de fonction du patron de l'amf a été portée de 149.000 à 220.000 euros par an. le ministère du Budget précise que ce n'est qu'un retour aux émoluments touchés par son prédécesseur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :