" Une nouvelle source de diversification "

 |  | 552 mots
Quel est l'intérêt des OPCVM thématiques ?Ces fonds répondent à une préoccupation constante à la Française des Placements, à savoir proposer une gestion active affranchie de la dictature du benchmark. Notre gamme aborde quatre thèmes très différents avec LFP Actions Nouveaux Enjeux, LFP Croissance Environnement, LFP Avantages Compétitifs et LFP Europe Impact Asie. Ces produits offrent donc une nouvelle source de diversification à nos clients. L'approche thématique présente, de plus, l'intérêt d'appréhender l'entreprise dans son contexte, en tenant compte d'aspects stratégiques et d'enjeux à long terme. C'est une distinction importante par rapport à certaines gestions marquées par un style précis et qui se focalisent sur les données financières ou les opportunités à court terme. Les fonds thématiques sont un atout marketing puisqu'ils nous permettent de nous distinguer non seulement des indices de référence mais aussi des autres sociétés de gestion.Pouvez-vous nous en dire plus sur LFP Avantages Compétitifs ?Le fonds s'appuie sur une analyse à la fois financière et stratégique des entreprises. Il privilégie celles qui bénéficient d'avantages compétitifs leur permettant de fixer leurs prix et préserver leurs marges de manière pérenne. Il peut s'agir de sociétés qui ont un leadership sur leur marché ou qui se différencient de leurs concurrents par leur positionnement ou par leur structure de coûts. Par exemple, dans le secteur pétrolier, nous laissons de côté les majors, qui se ressemblent toutes. Mais nous nous intéressons à des sociétés comme Schoeller Bleckmann, qui possède un avantage technologique sur ses concurrents dans le forage directionnel.En ce qui concerne LFP Actions Nouveaux Enjeux et LFP Croissance Environnement, ne craignez-vous pas que les thèmes finissent par s'épuiser, une fois la mode passée ?Absolument pas car, dans les deux cas, il s'agit de thèmes structurels, qui se fondent sur une véritable rupture. LFP Actions Nouveaux Enjeux aborde le thème de la sécurité des pays développés face au terrorisme, aux nouveaux conflits, à la montée des pays émergents et à bien d'autres menaces. Ce fonds a défini quatre axes majeurs liés à l'accès aux ressources naturelles, la santé, la défense et la protection des personnes et des données. Même constat pour LFP Croissance Environnement, qui traite des problèmes qui n'ont rien de conjoncturel. Le secteur des énergies renouvelables anticipe un risque durable : celui de l'insuffisance des énergies fossiles face à la progression de la demande. Il en va de même pour toutes les activités qui permettent de corriger l'impact de l'action humaine sur l'environnement.Ne pouvait-on avoir la même assurance avec les fonds techno ?La problématique n'est pas la même. On n'est pas en train de rêver sur des projections liées à l'augmentation du nombre d'utilisateurs potentiels d'une nouvelle technologie. Dans le cas de l'environnement, les entreprises bénéficient d'actifs physiques valorisables et d'un marché assuré par l'évolution de la réglementation. Les régulateurs ont fixé des objectifs clairs, par exemple, pour limiter les émissions de CO2 ou pour réserver aux énergies renouvelables des quotas dans la production totale d'énergie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :