Dans une ancienne mine de fer de Pennsylvanie, la société Ir...

 |   |  1022  mots
Vous vous souvenez de la scène du film ?Men in Black? quand les agents secrets utilisent un appareil pour effacer la mémoire de certaines personnes ? Là, c'est pareil, vous n'avez rien vu, OK ? » Chargé de la sécurité du principal site d'archivage d'Iron Mountain, Michael Soohy, dit Mike, se veut à la fois drôle et persuasif. Le nom de l'agence fédérale figurant sur l'un de ses 200 espaces de stockage, privatifs ou mutualisés, sera instantanément oublié. L'ancien agent du FBI, vingt-deux ans de service, a été embauché voilà huit mois pour moderniser la sécurité d'un lieu unique au monde : à une heure de voiture de Pittsburgh, en Pennsylvanie, une ancienne mine de fer abrite, entre autres, des archives confidentielles du gouvernement fédéral, les sauvegardes informatiques des plus grandes entreprises américaines, plus de 80 % des pellicules originales d'Hollywood (Universal Studios, un célèbre studio d'animations?) et les masters d'une dizaine de majors et de labels de musique dont Sony BMG. « La mine travaille pour 2.300 clients, issus du privé, mais aussi pour des agences fédérales, 43 États fédérés et 4 gouvernements étrangers. À quelques exceptions près, leur identité est secrète », prévient le directeur du site, Chuck Doughty. Créé en 1954 dans une Amérique vivant dans la hantise d'un conflit nucléaire, ce Fort Knox de la mémoire occupe 30 kilomètres de galeries situées de 50 à 70 mètres sous terre. Ses 2.700 employés, dont 800 agents fédéraux, s'y déplacent en « carts » de golf. Le lieu, surveillé 24 heures sur 24 par des gardes armés, peut vivre en autarcie et dispose de son propre système d'alimentation électrique, d'une station de traitement des eaux, d'une brigade de pompiers interne. Il est relié au monde extérieur par plusieurs réseaux de télécommunications indépendants. Ces espaces de stockages peuvent occuper quelques dizaines de mètres carrés ou, dans le cas d'administrations, de banques ou d'hôpitaux, plus d'un hectare. L'emplacement du site ne doit rien au hasard. L'ouest de la Pennsylvanie est la région des États-Unis la plus à l'abri des tremblements de terre. De plus, la mine est recouverte d'une strate rocheuse très dure la protégeant de l'humidité, un atout fondamental pour la conservation de papiers, de microfilms, de bandes magnétiques et de son précieux « data bunker », surveillant simultanément les données de 40.000 serveurs et de 2,5 millions de PC pour ses clients.La mine est tombée dans l'escarcelle d'Iron Mountain lors du rachat en 1998 de National Underground Storage (NUS), concurrent qui jusque-là protégeait les archives physiques et les microfilms d'entreprises et d'administrations. Également fondé en 1951 avec un c?ur de métier analogue, mais dans l'État de New York, l'acquéreur est plus diversifié. Iron Mountain a renforcé, souvent à force d'acquisitions, son offre numérique et élargi ses services : conservation et examen de pièces légales, gestion de la propriété intellectuelle?« Le fait que notre directeur général soit Bob Brennan, ancien patron de Connected Corporation [leader de la sauvegarde en ligne repris en 2004, Ndlr] en dit long sur notre évolution », remarque Chuck Doughty. La fiche signalétique du groupe, entré en Bourse en 1996 et qui vient d'intégrer l'indice S&P 500, est évocatrice : un chiffre d'affaires qui depuis 2000 a triplé, à 3,1 milliards de dollars, 21.000 collaborateurs et 120.000 clients dans le monde. Iron Mountain officie dans 39 pays ? dont la France où le groupe a réalisé cinq acquisitions et dispose de dix sites. En Pennsylvanie, seule une agence fédérale accepte de révéler son identité : le Bureau des marques et des brevets, qui conserve notamment l'original de l'ampoule électrique déposé par un certain Thomas Edison, le 27 janvier 1880. Parmi la poignée d'entreprises qui ne font pas mystère de leur présence figure l'agence photographique Corbis, propriété du fondateur de Microsoft, le milliardaire Bill Gates. « En 2002, nous avons installé notre merveilleuse collection avec pour objectif de la protéger », précise, sourire aux lèvres, Ann Hartman, responsable d'un patrimoine exceptionnel : une vingtaine de millions de photos, dont plus de la moitié issue de la mythique collection Bettman. Dans un immense entrepôt se côtoient grands sportifs et têtes couronnées, soldats inconnus, Albert Einstein tirant la langue, Madonna en petite tenue? La pièce suivante comprend deux énormes bibliothèques réfrigérées, abritant 26.000 tirages originaux et négatifs historiques. Iron Mountain s'engage à préserver leur contenu pendant plus de deux mille ans ! Pour étoffer ses compétences, il arrive que le groupe acquiert un occupant de sa mine. C'est ce qui est arrivé en 2008 à Xepa Digital Studios. La société, dont les employés au look très rock and roll ne dépareraient pas dans un studio de Los Angeles, préserve les enregistrements originaux des maisons de disques ? aussi datée soit leur source analogique ? en les transférant sur des masters numériques. « C'est Universal Music Group, qui dispose ici de plus de 5 millions de titres, qui nous avait demandé de nous installer dans la mine », raconte Rae DiLeo, gérant du studio, ingénieur du son et producteur renommé (Grandmaster Flash, Henry Rollins, etc.). « En vingt minutes, nous pouvons envoyer des masters numérisés à Londres ou Tokyo tout en conservant les bandes originales qui exigent le soin d'experts », affirme Rae. Surtout quand il s'agit des masters historiques d'Elvis Presley ou Frank Sinatra ! Pour diversifier les revenus de Xepa, Rae a mixé 75 % des musiques utilisées dans les jeux vidéo Guitar Hero (groupe Activision) et Rock Band (Electronic Arts). Mais le c?ur de métier de la filiale reste la préservation. Le jour de notre visite démarre la numérisation des masters d'un géant de la soul music, Aaron Neville, dont la splendide voix envahit le studio. « Il n'y a pas de doute, Iron Mountain est pratiquement devenu un musée », s'enthousiasme Chuck Doughty. Un musée qui n'est cependant pas près d'ouvrir ses portes au plus grand nombre. nLe Fort Knoxde la mémoire des entreprise

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :