Angela Merkel accepte la TVA réduite pour la restauration

 |   |  316  mots
Sonnés par l'ampleur de la crise économique, les Allemands ne cessent de se déjuger. Inconcevable pendant longtemps à Berlin, la relance keynésienne a fini par briser l'orthodoxie budgétaire allemande. Aujourd'hui, c'est sur le front de la TVA que la chancelière, Angela Merkel, rompt sa ligne de défense. À l'occasion d'un conseil des ministres des Finances de l'Union européenne (Ecofin), hier à Bruxelles, le ministre allemand, Peer Steinbrück, a déclaré qu'un accord était désormais possible sur les taux réduits de TVA, un dossier symbolique sur lequel bataille Paris, depuis 2002, surtout pour obtenir la TVA à 5,5 % pour la restauration.Le compromis global, qui devrait être scellé lors de la réunion de l'Ecofin en mars, devrait englober la pérennisation des dérogations autorisant des taux réduits pour certains services à forte intensité de main-d'?uvre, comme les travaux de rénovation dans des logements, qui arrivent à échéance en 2010, ou encore des dérogations transitoires accordées aux pays d'Europe de l'Est entrés en mai 2004 dans l'Union.dossier conflictuelEn outre, la TVA réduite pour les produits verts devrait également faire partie du paquet global. En fait, le déblocage dans ce dossier conflictuel est intervenu au plus haut niveau au dernier sommet européen, le 16 décembre, qui concluait la présidence française de l'Union. Nicolas Sarkozy, qui avait pris à son compte la promesse de l'ancien président Jacques Chirac de réduire la TVA pour la restauration à 5,5 %, avait obtenu que la chancelière, Angela Merkel, assouplisse sa position, en demandant à son ministre des Finances, très réticent, de chercher un accord d'ici à mars. L'Allemagne freine sur ce dossier car elle redoute d'ouvrir la boîte de Pandore en étant ensuite soumise à des revendications de ses propres restaurateurs, alors qu'elle a augmenté son principal taux de TVA de 16 % à 19 % en 2007 pour assainir ses finances publiques. Marc Dege

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :