Washington veut racheter vite les actifs toxiques

 |   |  478  mots
Timothy Geithner l'a promis au Congrès : une phase cruciale de l'assainissement du système bancaire américain s'apprête enfin à démarrer. Interrogé par la commission bancaire du Sénat, le secrétaire au Trésor a annoncé que le mécanisme de reprise des actifs toxiques des banques par des fonds alliant le gouvernement fédéral à des investisseurs privés allait être activé sous six semaines. Mais alors que le Trésor entend consacrer 75 milliards à 100 milliards de dollars à ce partenariat public privé (PPIP), Timothy Geithner a prévenu que le programme de soutien du secteur financier (Tarp) n'était plus doté que de 123,7 milliards de dollars sur les 700 milliards votés au Congrès en octobre.« Nous sommes toujours confrontés à une situation économique et financière très difficile et nous devons être prudents afin de préserver des ressources et une flexibilité importantes pour répondre aux obligations futures », a averti le secrétaire au Trésor, dont le dernier chiffrage du Tarp tient compte du remboursement escompté d'ici un an de 25 milliards de dollars par des banques renflouées par le gouvernement fédéral. Il s'agit, selon Geithner, d'une estimation « inférieure à ce que prévoient de nombreux experts ».« Nous ne projetons pas de demander des ressources supplémentaires » au Congrès, a assuré le ministre, indiquant toutefois qu'il ignorait s'« il  était vraisemblable ou pas » que l'administration Obama y soit contrainte. Après les grandes banques, le secteur automobile et l'assureur AIG, le Trésor espère prochainement soutenir les petits établissements bancaires américains grâce à une partie des fonds du Tarp qui lui aura été rendue.En dépit de sa « prudence », Timothy Geithner a affirmé que le système financier américain « entamait sa guérison ». Il appuie son diagnostic sur les appels de fonds réussis parmi les dix-neuf établissements financiers soumis aux tests de résistance fédéraux : ils viennent ou prévoient de lever plus de 56 milliards de dollars, dont 34 milliards en capital ordinaire. Dix d'entre eux avaient été priés de renforcer collectivement leurs fonds propres à hauteur de 75 milliards de dollars.Mercredi, Bank of America, à qui la Réserve fédérale avait demandé de lever 34 milliards de dollars, a annoncé avoir perçu 13,5 milliards en cédant 1,25 milliard d'actions (lire également page 20). L'établissement, qui a récemment vendu une participation de 7,3 milliards de dollars dans la China Construction Bank, a ainsi comblé la moitié de ses besoins estimés. Regions Financial et Fifth Third ont pour leur part dévoilé leur intention de vendre respectivement pour 1,25 milliard et 750 millions de dollars d'actions. Du coup, si l'injection attendue de 7,5 milliards de dollars par le Trésor dans GMAC, l'ancienne filiale de crédit de General Motors, se confirme, les dix établissements chargés de se recapitaliser auront rempli leur contrat. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :