Bruxelles au secours des émergents européens

 |   |  272  mots
À l'Est, un incendie couve. La Roumanie, la Hongrie, et désormais aussi la Lettonie n'ont échappé ces derniers mois à la cessation de paiements que grâce à un « soutien financier multilatéral coordonn頻. La Commission vient de recevoir l'appui « vigoureux » du Conseil européen pour accorder à Riga une nouvelle tranche de 1,2 milliard d'euros sur une enveloppe de 7,5 milliards que les pays scandinaves, la Pologne et la République tchèque ont directement abondée aux côtés du Fond monétaire international (FMI). La Roumanie a reçu en avril de l'Union européenne (UE) un soutien à sa balance des paiements de 5 milliards, tandis que les facilités accordées par l'UE à Budapest se montent à 6,5 milliards. Bruxelles a aussi joué les entremetteurs avec une dizaine de banques ouest-européennes invitées à soutenir leurs filiales à court de capitaux en Europe centrale.solidaritéDepuis l'année dernière, l'UE a multiplié par quatre le plafond de son « mécanisme de soutien ». Créé en 1969 pour assurer la solidarité entre les six membres du Marché commun, son plafond avait été ramené en 2002 de 16 à 12 milliards d'euros pour tenir compte de la baisse du nombre des bénéficiaires, les membres de la zone euro en étant exclus. Il a été relevé en décembre 2008 à 25 et enfin à 50 milliards en avril. Les engagements actuels à l'égard de Riga, Bucarest et Budapest s'élèvent à 15 milliards.Ni l'UE, ni le FMI n'ont vocation à financer durablement le salaire des fonctionnaires roumains ou lettons. Mais la récession limite leur marge de négociation. Les « pompiers » de Bruxelles savent que le continent n'est pas à l'abri d'une reprise de l'incendie. Florence Autret, à Bruxelle

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :