Quelles alliances à gauche  ?

 |   |  362  mots
Deux invités de « La Tribune » -BFM-Daily- motion pour la campagne des élections européennes hier soir. Le premier, Jean-Luc Mélenchon, ex-socialiste, leader du Parti de gauche et du Front de gauche, a déclaré avoir « une vision assez tragique de l'avenir du Vieux Continent », faute d'une « rupture » claire et nette avec le capitalisme.Le sénateur de l'Essonne a affirmé que le Parti socialiste n'avait « pas le monopole de l'ambition de gouverner ». « Le Front de gauche l'a aussi », a-t-il lancé, en soulignant qu'il appelait à « battre » le PS aux européennes pour réorienter idéologiquement la gauche française avant l'élection présidentielle de 2012. « Le désastre en France ne fait que s'annoncer. L'alliance avec le centre nous y conduira », a-t-il affirmé, alors que le PS s'interroge sur d'éventuelles convergences avec le Modem de François Bayrou. « Je dis aux socialistes que nous n'avons jamais été des sectaires. Nous ne ferons pas perdre la gauche, mais il ne peut être question de faire quoi que ce soit ensemble s'il y a le Modem ou un programme social-libéral », a précisé Jean-Luc Mélenchon. Harlem Désir, tête de liste du PS en Île-de-France, a regretté pour sa part que Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot du NPA ne soient que « des commerçants de la protestation ». « Il faut mettre en garde contre des discours d'agitation qui ne permettent pas de construire une perspective nouvelle en Europe. Le seul parti qui permette cette construction, c'est le Parti socialiste », a affirmé le lieutenant de Martine Aubry. Il a mis en garde les électeurs de gauche contre la dispersion de leurs votes sur des listes qui n'auront finalement pas de députés européens si elles obtiennent moins de 5 % des voix le 7 juin. Harlem Désir a souligné que l'enjeu des européennes n'était pas l'avenir de Martine Aubry à la tête du PS et a jugé que « c'était la moindre des choses » que Ségolène Royal participe à la campagne. Il a par ailleurs accusé Nicolas Sarkozy et l'UMP d'« agiter les épouvantails de la peur », à propos de la Turquie ou de l'immigration. H. F.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :