LBO  : l'Europe KO, la Chine en plein essor

 |   |  281  mots
En Europe, le marché du LBO (rachat par effet de levier) est en chute libre. Notamment en Grande-Bretagne, où il a plongé de 93 % entre les troisième et quatrième trimestres 2008, selon Candover Capital. Loin de la morosité du Vieux Continent, la Chine prospère. L'année dernière, l'activité des fonds de LBO dans l'empire du Milieu a bondi de presque 50 %. D'après le cabinet Dealogic, plus de 5,82 milliards de dollars de transactions ont été enregistrés. Quatrième derrière l'Inde, Singapour et Taiwan en 2007, le marché chinois est aujourd'hui le premier d'Asie, hors Japon. Les acteurs occidentaux n'y règnent pour l'instant pas. En 2008, le fonds le plus actif (Arcapita) était originaire de Bahreïn. Mais, a ux États-Unis, les investisseurs guettent avec attention l'agitation qui règne sur l'autre rive du Pacifique. Selon Almeida Capital, la Chine serait leur destination préférée pour investir en 2009. Pour que cet engouement ne soit pas qu'un feu de paille, « les fonds d'investissement, qui ont collecté de grandes sommes d'argent fin 2007 et début 2008, devront démontrer aux investisseurs leur capacité à être performants en temps de crise », prévient Shirley Xie, associé de PricewaterhouseCoopers à Pekin.De fait, sur les onze premiers mois de l'année passée, quelque 58,1 milliards de dollars ont été levés. Soit 22,5 milliards de plus qu'en 2007. Un secteur qui profite à plein de cette dynamique : le capital-développement, dont les levées de fonds ont plus que triplé en 2008, d'après Zero2IPO. La baisse de 43 % du nombre d'introductions en Bourse en 2008 sur le marché de Honk Kong aura sans doute incité les entreprises à la recherche de capitaux à se tourner vers les fonds d'investissement. Alexandre Madde

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :