Bruxelles se penche sur la rémunération des dirigeants

 |  | 216 mots
La Commission européenne s'empare du dossier des rémunérations des dirigeants d'entreprise et des traders. Elle entend en effet proposer, mercredi, de durcir les règles encadrant la rémunération de ces deux catégories de salariés, au vu des abus mis en évidence ces derniers jours. Pour ce faire, la Commission propose de s'attaquer aux parachutes dorés en recommandant qu'ils soient limités à l'avance à un certain montant qui « en général ne devrait pas excéder deux années de rémunération ». Par ailleurs, les primes versées lors du départ d'un dirigeant d'entreprise « ne devraient pas être payées si le départ est dû à une performance insuffisante ou si le dirigeant part de sa propre initiative ».RecommandationsConcernant les stock-options, la Commission propose que le droit de cession ne soit pas exerçable « pendant au moins trois ans après leur distribution ». Les entreprises comme les établissements financiers vis-à-vis des traders devraient aussi être en mesure de récupérer tout ou partie des bonus si les performances n'ont pas été remplies. Bémol de taille : ces recommandations sont non contraignantes. Les États ne sont donc pas obligés d'en tenir compte et le texte de 2004 avait d'ailleurs donné lieu à peu de mesures en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :