Les Verts et le PS divergent sur la future réforme territoriale

 |   |  455  mots
33 circonscriptions seront supprimées dont 22 détenues par la gauche.GaucheBrice Hortefeux, le nouveau ministre de l'Intérieur, a de quoi être satisfait de son entretien, lundi, avec les représentants des Verts dans le cadre de la préparation du projet de loi de réforme territoriale. À l'issue de cette entrevue, Jean-Vincent Placé, le secrétaire général adjoint du mouvement écologiste, a en effet estimé que les principales dispositions du projet, qui doit être présenté en Conseil des ministres début septembre, « allaient dans le bon sens ». Reçue quelques jours plutôt place Beauvau par le même Brice Hortefeux, Martine Aubry était ressortie mécontente. La première secrétaire du Parti socialiste avait une nouvelle fois accusé le gouvernement d'effectuer une « manipulation électorale » à travers la réforme territoriale issue des travaux de la commission Balladur.Après le succès des listes écologistes aux élections européennes du 7 juin et la volonté des Verts de constituer des listes autonomes aux régionales de mars prochain, voilà un nouveau sujet de friction entre les deux formations de gauche?scrutin proportionnelFuture tête de liste écologiste en Île-de-France face au président socialiste sortant, Jean-Paul Huchon, Jean-Vincent Placé faisait ainsi référence, lundi, au renforcement des compétences des communes, à l'achèvement de l'intercommunalité et à la création de métropoles autour des plus grandes villes de l'Hexagone prévus dans le projet gouvernemental. Les Verts, notoirement favorables à la suppression des départements, se sont également déclarés d'accord avec l'une des dispositions phares de la future réforme?: la création de conseillers territoriaux qui devraient se substituer dès 2014 aux conseillers généraux et régionaux. Une position qui est loin de faire l'unanimité au Parti socialiste, à la tête de plus de la moitié des départements. Il est vrai que, sans véritable base territoriale, les Verts n'ont pas à se préoccuper des intérêts de leurs notables locaux. De même, ils souhaitent l'application du scrutin proportionnel pour l'élection de ces nouveaux conseillers territoriaux. Le PS, qui a amplement profité du scrutin majoritaire lors des dernières cantonales, est nettement plus circonspect. D'autant qu'il sait que Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux sont favorables à la proportionnelle à un tour pour l'élection de ces conseillers dans les zones urbaines. Là où la gauche est justement en position de force. Le précédent des européennes a démontré que ce type de scrutin permettait à l'UMP de rafler la mise avec 30 % des voix face à une gauche traditionnellement divisée au premier tour? nles Verts, sans véritable base territoriale, n'ont pas à se préoccuper des intérêts de leurs notables locaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :