Giat : polémique sur le maintien du plan social

Selon la CFDT, la direction de Giat Industries aurait accepté hier l'idée « de suspendre son plan social » présenté le 23 mai (2.700 suppressions de postes en trois ans sur les 12.500 emplois de la société nationale d'armement terrestre en France) et « d'ouvrir des négociations sur les aspects tant industriels que sociaux », à l'issue du comité central d'entreprise (CCE) qui s'est tenu hier à Versailles, dans son site de Satory. La direction de Giat Industries a aussitôt démenti tout retrait du plan social. Pourtant, selon la CFDT, « le PDG a également accepté de parler d'activités nouvelles, de la réduction du temps de travail, et de reconsidérer certaines dispositions spécifiques aux ingénieurs et cadres ». Plus de 50 % de l'effectif auraient respecté le mot d'ordre de grève dans les dix sites de Giat Industries, avec des arrêts de travail, manifestations, blocage d'autoroute et même séquestration provisoire de dirigeants. Ont été parti- culièrement touchés les sites de Roanne, Saint-Etienne, Saint-Chamond et Tarbes (où les salariés de la filiale d'Aerospatiale, la Socata, ont également protesté contre la suppression de 220 des 880 emplois).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.