"Le chiffre d'affaires de Cegelec a progressé de 17,9 % en 2003-2004"

3 mn

Né en 2001 du rachat par ses salariés (LMBO) d'Alstom Contracting, Cegelec, qui emploie 27.000 personnes dans trente pays, réalise 80 % de son chiffre d'affaires en Europe et 60 % dans l'énergie. Dans ce secteur, le groupe livre des installations électriques mais aussi des centrales hydrauliques, à gaz ou des éoliennes. Au-delà, Cegelec met à la disposition de ses clients industriels (automobile, sidérurgie, chimie...) des systèmes d'automatismes et de contrôle. Il réalise également des infrastructures destinées aux opérateurs télécoms fixe et mobile et, dans la construction (bureau, centres commerciaux, hôpitaux...), il a multiplié les spécia-lités (génie climatique, salles blanches, blocs opératoires...). Président de Cegelec, Claude Darmon a été directeur général du groupe Alstom avant de diriger ABB Alstom Power.Cegelec réalise l'essentiel de ses activités en Europe. Dans quelle mesure avez-vous souffert de la conjoncture économique ?- 2004 a encore été marqué par un ralentissement économique. Dans l'industrie (43 % de notre chiffre d'affaires), l'année a vu aussi des délocalisations massives du fait de l'euro fort. En sens inverse, les activités d'exportation quittent peu à peu l'Europe. Cela nous oblige à suivre nos clients à l'international. Et comme le marché se réduit, il y a une forte pression concurrentielle. Une autre difficulté a porté sur le tertiaire (25 % de notre chiffre d'affaires) avec une crise sans précédent en Allemagne. En revanche, dans les infrastructures (32 % du chiffre d'affaires), les investissements sont soutenus dans le ferroviaire, la défense, l'énergie, et ont repris dans les télécoms.Dans ce contexte, quels ont été les résultats de l'exercice 2003-2004 clos fin septembre ?- L'année a été satisfaisante. Les commandes ont progressé de 2,2 % à 2,8 milliards d'euros. Mais hors d'Allemagne, où la baisse est de 21 %, la croissance est de 7,2 % et même de 17 % hors d'Europe. Le chiffre d'affaires est en hausse de 17,9 % à 3,145 milliards d'euros et de 7,9 % à données comparables. Les difficultés en Allemagne, où nous achevons la restructuration de notre filiale, ont pesé sur notre résultat opérationnel (Ebit). Il est de 100,9 millions d'euros en baisse de 5,3 %. Mais hors d'Allemagne, la marge d'exploitation atteint 4,8 % contre 4,7 % en 2002-2003. Enfin, le résultat net avant amortissement des survaleurs passe de 42 millions en 2002-2003 à 25 millions en raison de la baisse du résultat opérationnel et du refinancement de notre dette réalisé en mai 2004.Comment se présente l'exercice 2004-2005 ?- Les quatre premiers mois sont très encourageants. Les commandes sont en progression de 3 % et les ventes de 14 %. Nous avons remporté, avec le tramway de Lyon, la réhabilitation de la raffinerie de Total au Sénégal ou la maintenance de l'usine de General Electric de Belfort, des contrats qui confortent nos choix stratégiques. Pour nous, les secteurs les plus porteurs sont la maintenance et les services, le gaz et le pétrole, l'énergie et les transports. Nous voulons nous développer en priorité en Afrique du Nord, dans les pays de l'Est et au Moyen-Orient.Quels sont vos objectifs de résultat pour 2004-2005 ?- Nous prévoyons une hausse de 3 % à 3,5 % de notre chiffre d'affaires et une marge opérationnelle de 4 % en 2004-2005 et de 4,5 % en 2005-2006.Vous avez remboursé 85 % de la dette contractée en 2001 pour le rachat par ses dirigeants sous forme d'un LMBO de Cegelec à Alstom. Etes-vous tenté par une introduction en Bourse ?- Ce n'est pas d'actualité. Compte tenu de nos perspectives de rentabilité, nous y réfléchirons au moment de la clôture des comptes 2005-2006. La sortie du LMBO peut se faire par une entrée en Bourse, le choix de partenaires industriels ou le soutien de nouveaux fonds d'investissements. C'est cette dernière solution qui a notre préférence.Propos recueillis par Marc Lomazz

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.