Des actifs de choix dans la corbeille demariage

Les actifs de Severstal, valorisés lors de cette transaction 5,6 fois l'excédent brut d'exploitation, sont loin d'être négligeables. Alexeï Mordachov met en effet dans la corbeille de la mariée le deuxième producteur russe d'aciers plats avec une capacité de production globale qui frise les 17 millions de tonnes, dont une dizaine de millions de tonnes produites en Russie. Severstal dispose en outre d'un pied aux États-Unis (23 % du chiffre d'affaires) et détient 71 % du deuxième sidérurgiste italien, Lucchini. Severstal est issu de Tcherepovets Iron & Steel Works - du nom du site principal du groupe, à Tcherepovets, dans le nord-ouest de la Russie, créé en 1955. Au bord de la faillite au lendemain de l'éclatement de l'URSS en 1991, Severstal a connu un redressement spectaculaire, sous la houlette d'Alexeï Mordachov, devenu actionnaire du groupe à la faveur de la privatisation. Sa filiale Severstal Metiz est le premier producteur russe de fil d'acier.Severstal a racheté en 2003 le sidérurgiste Rouge Steel, à Dearborn, dans le Michigan, qui fournit le convoité marché américain des constructeurs automobiles. Severstal North America dispose d'une capacité de production de 3 millions de tonnes d'acier plat carbone et d'une capacité de laminage de 4 millions de tonnes. Lucchini, avec vingt usines dans cinq pays européens (dont les six usines françaises d'Ascométal, repris par l'italien en 1999), apporte à Severstal une capacité de production de 4 millions de tonnes, d'acier long et de spécialités. Enfin, Severstal possède deux mines de minerai de fer (4 millions de tonnes de concentré et 8,8 millions de boulettes extraites en 2005) et deux de charbon (10 millions de tonnes), notamment à coke.Périmètre coté. Ces actifs sidérurgiques et miniers constituent plus de 80 % du chiffre d'affaires global de Serverstal, qui par ailleurs possède des intérêts dans l'automobile, la banque, les assurances, le contreplaqué... Ils doivent être bientôt réunis au sein de la société OAO Severstal, dont les 10 % de flottant sont cotés à Moscou. Le magnat russe devrait conserver 25 % des droits de vote d'OAO Severstal. À noter également que le périmètre coté actuel n'intègre ni les actifs miniers ni la participation dans Lucchini. En rachetant Severstal, Arcelor augmente peu sa part de marché mondial, de 5 % à 7 %, mais pourrait revendiquer ainsi 22 % du lucratif marché automobile, contre 18 % actuellement. Avec Severstal, le groupe luxembourgeois monterait de la deuxième à la première place mondiale du tréfilage (fils en acier). En outre, il assurerait ainsi 40 % de ses besoins en charbon et 45 % de son approvisionnement en fer. Et Arcelor ajouterait une nouvelle corde à son arc, avec la (petite) position de Severstal sur le marché des tubes destinés notamment à l'industrie pétrolière. Le tout avec un excellent niveau de rentabilité, selon Arcelor, puisque Severstal revendique un résultat brut de 150 euros par tonne (198 euros pour les seuls actifs russes) contre 123 euros pour Arcelor. Marie Caroline Lopez

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.