Tom Cruise, porte-drapeau de la cause des scénaristes

La grève des scénaristes de télévision et de cinéma américains dure depuis le 5 novembre. Les négociations sont rompues depuis décembre entre la guilde des scénaristes, la Writers Guild of America (WGA), qui compte plus de 10.000 auteurs, et les grands studios, réunis au sein de l'Alliance of Motion Picture and Television Producers (AMPTP). Les scénaristes réclament un meilleur partage des recettes tirées de l'exploitation des films et séries sur Internet, les nouvelles chaînes et en DVD.Alors que la situation est au point mort avec les majors, la guilde a marqué un point avec l'accord annoncé en début de semaine entre United Artists, studio dirigé par l'acteur Tom Cruise et son associée Paula Wagner. L'accord, dont les termes n'ont pas été dévoilés, répond aux problèmes soulevés par les scénaristes, s'est félicitée la WGA. Elle espère démontrer aux majors, NBC, Disney, Fox..., que ses demandes, acceptées par des producteurs indépendants, sont raisonnables, et faire porter aux majors seules la responsabilité de l'impasse actuelle. Quelques jours avant, un accord identique avait été trouvé avec la société Worldwide Pants, productrice du Late Show de David Letterman, et du Late Late Show de Craig Fergusson, émissions quotidiennes qui ont fait leur retour à l'antenne de CBS le 2 janvier, avec leurs équipes complètes de scénaristes pour écrire les sketches.DES ACCORDS " TEMPORAIRES ET MARGINAUX "La presse américaine annonce d'autres accords en discussions avec Weinstein Company, le studio des frères Weinstein, Lucas Film ou encore le premier producteur indépendant américain, Lions Gate. L'AMPTP dénonce ces accords " temporaires et marginaux ", qui ne font, selon elle, en rien avancer une solution permanente pour l'ensemble des scénaristes.À travers Tom Cruise, c'est la figure d'un acteur emblématique qui marque sa solidarité avec les scénaristes. Mais en filigrane, il y a aussi la bataille pour le statut à venir des acteurs. Après celui des scénaristes qui a expiré fin 2007, ce sont les contrats de l'union des acteurs et de celle des réalisateurs avec l'AMPTP qui vont être renégociés mi-2008. Leurs revendications vont aussi porter sur les nouveaux modes d'exploitation des films. Que ces deux corporations rallient le conflit des scénaristes et le blocage de l'industrie de Hollywood s'aggravera.LA CEREMONIE DES OSCARS SUR LA SELLETTELa Screen Actors Guild a déjà apporté son soutien à la WGA en annonçant que les comédiens honorés d'une récompense aux Golden Globes ne franchiraient pas les piquets de grève des scénaristes dimanche devant le Beverly Hilton à Los Angeles où devait se tenir la cérémonie de remise des prix. Désormais, c'est la cérémonie des oscars, le 24 février, qui semble sur la sellette.Mais la solidarité n'est pas le seul motif qui a poussé Tom Cruise et son studio à trouver un terrain d'entente avec la WGA. C'est aussi une question de survie pour United Artists (UA). Créé en 1919, à l'ère du muet par Charlie Chaplin, Douglas Fairbanks, Mary Pickord and D. W. Griffith, qui voulaient s'affranchir du cartel des studios de Hollywood, UA a eu une vie mouvementée depuis. Fin 2006, Harry Sloan, patron de la MGM reprise un an plus tôt par Sony et des fonds, en confie les clés à Tom Cruise et Paula Wagner, en rupture avec Paramount, qui prennent 35 % du capital. Sloan compte sur UA pour redynamiser la MGM. Depuis, la seule production d'UA, Lions et Agneaux, a fait un flop en 2007, malgré un casting prestigieux. UA a levé cet été 500 millions de dollars auprès de Merrill Lynch pour financer 15 à 18 films en cinq ans. La grève des scénaristes compromet la production de Pinkville, dirigé par Oliver Stone. Le prochain film sur lequel mise UA, Valkyrie, avec Tom Cruise en vedette, doit sortir en octobre. Mais le scénario avait besoin d'être remanié, et le retour des scénaristes au travail devenait urgent. Bien qu'il ait désapprouvé publiquement la signature de l'accord entre UA et la WGA, Harry Sloan n'a pu l'interdire, même si cela l'a mis dans une position embarrassante vis-à-vis des sept autres majors membres de l'AMPTP.Alors que Business Week ironisait récemment sur la courbe des cachets de Tom Cruise, qui croît inversement aux recettes déclinantes qu'il réalise au box-office, Sloan a besoin des succès d'UA pour réussir son pari chez MGM. Cette première fissure dans le front de l'AMPTP ne signifie pas pour autant la victoire des scénaristes dans leur bataille.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.