François Boulet : " Des multinationales trop fermées aux PME "

 |  | 228 mots
Lecture 1 min.
En quoi votre taille est-elle un handicap face aux grandes entreprises ?Les multinationales jugent trop souvent une entreprise à la taille de son chiffre d'affaires. S'il est petit, certaines d'entre elles ne veulent même pas nous recevoir ! Nous avons eu le cas plusieurs fois. C'est malheureusement aussi l'attitude des institutions publiques. Pourtant, à ce jour, sur les 150 projets que nous avons réalisés, nous n'en avons jamais planté un seul ! Et nous avons de nombreux témoignages de clients favorables à notre actif.Comment y remédier ?La seule solution pour des sociétés de notre gabarit est de nous associer avec de plus grands groupes. C'est ce que nous avons fait, par exemple en 2006, où nous avons remporté un contrat avec le ministère de la Justice, en association avec Capgemini. C'est aussi la raison de notre adhésion à un réseau européen rassemblant six sociétés de conseil et 700 consultants. Cela nous permet de répondre à desappels d'offres internationaux. Quand on nous ferme la porte, nous n'avons pas d'autres solutions que de rentrer par la fenêtre !Existe-t-il des alternatives ?Oui, cibler les petites entreprises ! Le contact est d'ailleurs souvent beaucoup plus agréable sur le plan humain. Ce n'est pas un hasard si 40 % de notre chiffre d'affaires est aujourd'hui réalisé avec des PME. Et c'est un pourcentage qui va aller en grandissant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :