Relaxnews fête ses dix ans de succès

Rien ne saurait freiner l'enthousiasme de Jérôme Doncieux et de son frère Pierre, les dirigeants de Relaxnews, la première agence d'informations sur l'actualité des loisirs. Il est vrai que, depuis sa création en 1998 (elle fête ses dix ans cette année), cette PME affiche des taux de progression impressionnants. Le dernier exercice s'est soldé par un chiffre d'affaires en hausse de 50 % à 5,1 millions d'euros ce qui a permis de dégager, avec un an d'avance sur les objectifs, un léger bénéfice. L'année en cours ne fera pas exception, les prévisions faisant état d'un volume d'affaires de 6,35 millions d'euros avec une marge nette de 6 % (9 % sont attendus en 2009). La société a dû déménager pour loger ses 38 salariés (ils n'étaient que 14 en 2004). Elle est installée dans un immeuble de 700 m2 toujours situé dans le Xe arrondissement de Paris.UN MODELE PERTINENTAu-delà des chiffres, c'est tout un modèle qui a trouvé sa pertinence. Surfant sur la vague montante des loisirs, Relaxnews produit des contenus éditoriaux à la demande via sa division Relax ad hoc. À cette activité s'est ajoutée, en 2006, la fourniture d'informations en continu sur les loisirs via le Relaxfil, une interface accessible sur la Toile qui vient de conquérir son soixantième abonné. Coût de l'investissement : 5 millions d'euros.Une offre complète, donc, qui intéresse aussi bien les médias (Elle, Le Figaro, L'Express, Le Parisien, Métro, TF1, Vivolta, etc.) que des institutionnels (la mairie de Toulouse, la Maison de la France, etc.), des grandes marques (les 3 Suisses, MMA, L'Oréal, American Express, etc.) ou des opérateurs télécoms (Orange). Ces contenus, qu'il s'agisse de textes et/ou de photos, sont exploités aussi bien pour la réalisation de journaux, de magazines ou de suppléments que pour alimenter des sites Internet, des radios, des mobiles et même des chaînes de télévision. " À terme, notre ambition est de compter parmi les trois agences mondiales du secteur ! " lance Jérôme Doncieux.L'entreprise, qui travaille déjà à la fourniture de produits internationaux, est d'ailleurs à la recherche de distributeurs pour les commercialiser. À terme, il est clair qu'une implantation physique s'imposera hors de l'Hexagone. " Notre plate-forme technologique est déjà prête à fonctionner au niveau mondial exception faite pour l'instant des pays arabes et de la Chine ", précise-t-il. Un développement qui se fera tant par de la croissance organique que des acquisitions.Car ce n'est pas un hasard si l'agence vient de renforcer sonactionnariat avec Matthieu Pigasse associé gérant chez Lazard (qui rentre à titre personnel au conseil d'administration de Relaxnews), et François Véron, créateur du fonds d'investissement New Fund. Ils rejoignent au tour de table la société Haber Dassault Finance, Angel Invest, le Club Business Angel et Xavier Dupont. Le groupe familial Doncieux conserve 65 % des parts de l'entreprise.À noter enfin que la PME aime cultiver une certaine éthique, militant à son niveau, pour le développement durable : tous ses salariés sont abonnés au Vélib' et elle fonctionnera bientôt avec de l'électricité verte.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.