Un vaste cartel électrique menacé d'amendes

 |   |  335  mots
cite>Alstom, Schneider Electric et sans doute Areva devraient être au nombre des entreprises qui, avant la fin janvier, se verront infliger des amendes par la Commission européenne pour avoir participé à un cartel dans le secteur des commutateurs à isolation gazeuse. Ils seront bien entourés : au cours des années 1988-2004, quasiment tout le gratin mondial du matériel électrique, c'est-à-dire également ABB, Siemens, Fuji, Hitachi, Mitsubishi Electric, Japan AE Power et Toshiba, aurait été peu ou prou impliqué dans cette entente.Elle porterait sur les prix de ces appareillages équipant les sous-stations des centrales électriques et sur la répartition des marchés mondiaux (Amérique du Nord exceptée). Les amendes varieront selon les durées de participation au cartel et le degré de collaboration à l'enquête des services européens de la Concurrence. Seul le suisse ABB devrait bénéficier d'une certaine mansuétude pour avoir révélé ces pratiques le 3 mars 2004.QUINZE ANS D'INFRACTIONCette affaire n'est pas du goût d'Areva, qui n'apprécie guère de voir deux de ses filiales mises à l'amende solidairement avec Alstom, alors que le spécialiste du nucléaire venait tout juste de les racheter en janvier 2004 au groupe dirigé par Patrick Kron. Ce calendrier justifierait, selon l'état-major d'Anne Lauvergeon, que ces deux sociétés rebaptisées depuis Areva T & D SA et Areva T & D AG, ne soient pas pénalisées pour leur passé au sein du groupe de Patrick Kron. Autrement dit, qu'Areva et ces filiales soient au pire sanctionnés pour les seuls quatre mois séparant leur acquisition du démantèlement du cartel mi-mai 2004. Des vues que ne partageraient pas les experts services de la Commission. Ils estimeraient certes approprié de punir lourdement Alstom pour une infraction réputée avoir duré plus de quinze ans, mais également justifié de sanctionner les filiales d'Areva pour leur implication directe, de 1992 à 2004 pour la filiale française, de 2003 à 2004 pour la société suisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :