Les produits high-tech consacrés stars absolues des ventes de Noël

Cadres photo numériques, console Wii, iPhone... Cette année, les produits high-tech ont ringardisé nombre de cadeaux " classiques ". Leurs prix en baisse ont favorisé les arbitrages budgétaires en leur faveur. " C'est le plus high-tech des Noël que nous ayons connus ", estime Gauthier Picquart, PDG du site Rueducommerce.com, qui a écoulé jusqu'à 1.000 cadres photo numériques par jour, contre environ 70 par jour en 2006.LAPIN INTERACTIF Des grands magasins aux cyber-marchands en passant par les chaînes spécialisées, aucun distributeur n'a échappé au raz de marée. Pas même les marchands traditionnels de jouets. " La console DS de Nintendo a pris énormément sur les voitures radiocommandées ", observe Jacky Pellieux, numéro un de l'enseigne Joué Club. Et, bien mieux que sa rivale Bratz, la poupée-mannequin Barbie s'est frayé un chemin jusqu'au sapin grâce à son lecteur MP3 intégré. Les grands magasins sont au diapason. Parmi les bonnes ventes des Galeries Lafayette figure ainsi le lapin interactif Nabaztag. Un succès inhabituel pour une enseigne recherchée pour ses griffes de mode et ses stands de parfumerie... Mais les premières à tirer pleinement profit de cette vague high-tech sont indéniablement les enseignes spécialisées. " Nos produits affichent de bons taux de croissance ", constate, modeste, Yves Lagier, le président de Surcouf. Produits phares : les cadres photo numériques, les téléphones multimédias, à commencer par l'iPhone, les clés USB, les disques durs externes, les baladeurs vidéo, les PC portables. Et bien sûr les consoles de jeu dont la star est cette année la Wii du japonais Nintendo, qui a souffert de nombreuses ruptures de stocks. Le succès des ordinateurs portables ne s'est pas non plus démenti. Une belle performance pour ces appareils dont le prix moyen est passé cette année sous la barre des 1.000 euros (873) grâce à une baisse de prix de 15 % à 20 % et qui affichent une progression régulière de plus de 30 % tout au long l'année. " Ce produit, de plus en plus grand public, profite du remplacement des PC de bureau et de la tendance au multiéquipement ", estime Hervé Vanlompernolle, directeur marketing de Sony France. Même les écrans plats, notamment LCD, ont eu le vent en poupe, malgré le dégonflement de l'effet Coupe de monde de rugby et leurs prix, certes en baisse mais encore élevés.En fait, " la demande de fin d'année est bipolaire, décrypte Laurent Abadie, PDG de Panasonic France. La majeure partie des achats s'est portée soit vers les produits à moins de 100 euros, tels les jeux vidéo, les cadres numériques ou les appareils photo compacts, soit vers le haut de gamme. Le milieu de gamme, lui, n'écoule pas tous ses stocks. " La marque grand public du groupe Matsushita a ainsi subi en France une rupture d'approvisionnement sur ses écrans plasma de 50 pouce full HD (127 cm), des produits qui dépassent tout de même les 2.000 euros.BILAN MITIGEPour autant, la saison des fêtes elle-même se termine sur un bilan mitigé. En Île-de-France notamment, la ruée en magasin a été freinée par les grèves dans les transports en commun qui ont sévi dix jours en novembre. Les distributeurs ont vainement attendu le chaland la première quinzaine de décembre et ont dû patienter jusqu'à l'avant-dernier week-end du mois pour voir débarquer les foules en mal de cadeaux. " Soit tout juste quatre jours avant le 25 ", calcule Thierry Guibert, secrétaire général de la Fnac. Les Galeries Lafayette ont toutefois fait le plein, " avec un pic de fréquentation de 250.000 personnes sur les derniers jours ". Le cybercommerce n'a pas échappé à la règle. Les internautes sont venus tard sur la Toile mais ont très vite pris leur décision d'achat. " D'habitude, la croissance du trafic monte en puissance avant les commandes. Cette année, les deux se sont chevauchés, avec des pic de 800.000 à 1 million de personnes par jour sur le site ", remarque Gauthier Picquart de Rueducommerce.com. Consolation : le panier moyen continue de progresser, là encore grâce aux produits high-tech. " À Noël, il at teint une centaine d'euros, contre 80 habituellement ", remarque Catherine Barba, PDG du portail Cashstore.fr.Mais cela n'a pas suffi. " Après un mauvais mois de novembre 10 % à 20 % en deçà des objectifs, nous espérions un rattrapage en décembre qui ne s'est pas produit, regrette Hervé Vancompernolle chez Sony. Les grèves ne sont pas seules en cause. La France suit la même tendance de fond que les États-Unis : les achats débutent de plus en plus tard pour atteindre un pic la semaine de Noël et se poursuivre après les fêtes et même faire la jonction avec les soldes. " Outre le phénomène des cartes cadeaux qui implique un report des achats ( lire ci-dessous), les consommateurs sont aussi de plus en plus avertis et privilégient les bonnes affaires à la course aux cadeaux. Surtout en plein débat sur le pouvoir d'achat.La wii rafle la miseVedette incontestée de ce Noël 2007, la Wii de Nintendo. Ayant franchi le cap du million d'unités vendues en France le 10 décembre, un an après son lancement, la console était en rupture de stock. Côté concurrence, si les ventes de la XBox 360 n'ont pas été " extraordinaires ", selon Yves Lagier, président de Surcouf,la PS3 de Sony s'est bien comportée grâce à son lecteur Blu-Ray intégré. Autre star : l'iPhone d'Apple. Depuis son lancement fin novembre, Orange, son opérateur exclusif en France, en aurait vendu près de 75.000. À l'inverse, après un pic en 2006, les GPS ont marqué le pas, comme les baladeurs MP3 (concurrencés par les téléphones) et les caméscopes.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.