Renault et PSA s'affirment dans les voitures de loisirs

 |   |  382  mots
Les constructeurs français ont besoin de nouveaux modèles innovants pour se relancer. C'est pourquoi ils renouvellent leur offre de " ludospaces ", dont ils sont les rois incontestés. Après le Renault Kangoo II ce mois-ci, Citroën et Peugeot commercialiseront en mai leurs nouveaux véhicules de loisirs économiques et pratiques, développés à partir d'utilitaires légers, les Berlingo II et Partner Tepee.Citroën occupait déjà l'an dernier 24 % d'un marché ouest-européen des " ludospaces ", représentant 275.000 unités environ, devant Renault (23,5 %) et Peugeot (15 %). Bref, les Français, inventeurs du concept il y a dix ans, détiennent les deux tiers du segment. Bonne affaire : ces modèles relativement rustiques génèrent de fortes marges.DES MODELES PLUS ELABORES MAIS PLUS CHERS" Le client moyen est une famille avec deux enfants en bas âge qui recherche surtout de la fonctionnalité, de la place, pour un prix abordable. Un monospace compact du type Scénic est trop cher pour ces acheteurs " , explique Jean-Christophe Kugler , directeur de programme chez Renault. " Le client veut pouvoir acheter des meubles chez Ikea ou embarquer une échelle. Dans un Kangoo II, il peut ainsi charger des objets de 2,5 mètres de long, avec un important volume utilisable " , précise-t-il. Le tout pour une longueur contenue de 4,2 mètres, soit six centimètres de moins qu'un Scénic dont le volume de coffre est bien plus petit. Les tarifs sont aussi différents. Un Kangoo II démarre à 16.100 euros, un Scénic à 18.900. " Il s'agit d'un véhicule de toutes les situations, ultra-fonctionnel, répondant aux besoins croissants de liberté et de polyvalence ", renchérit-on chez Citroën.Il y a toutefois un hic. Les nouveaux modèles se veulent plus élaborés et accueillants que leurs prédécesseurs. Du coup, ils sont plus lourds (200 à 250 kg de prise de poids pour un Kangoo II), moins sobres et plus chers. Une montée en gamme destinée à accroître encore les marges des constructeurs. Le Kangoo II de base coûte ainsi 1.500 euros de plus que la version précédente. Renault promet néanmoins pour la fin 2008 une version d'appel à 14.500 euros. En fait, le plus sérieux rival du Kangoo II pourrait être son demi-frère, le break Dacia Logan vendu à partir de 8.800 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :