À Barcelone, fabricants et opérateurs discutent déjà des mobiles de Noël 2008

 |   |  544  mots
La grand-messe de la téléphonie mobile, le World Mobile Congress, ex-3GSM, qui vient de s'achever hier à Barcelone, a encore atteint un record de fréquentation pour sa 21e édition : plus de 55.000 participants, des hommes de terrain et toutes les stars de la planète mobile. Arun Sarin de Vodafone, Olli-Pekka Kallasvuo de Nokia, Cesar Alierta de Telefonica, Hideki Komiyama de Sony-Ericsson et Wang Jianzhou de China Mobile pour en citer quelques-uns, venus réfléchir sur l'avenir de l'industrie et prononcer des allocutions optimistes mais aussi lucides sur l'évolution de leur métier. Ces 55.000 professionnels ne se déplacent pas pour les bonnes tables de la capitale catalane ou les beaux yeux de Robert Redford ou d'Isabella Rosselini, invités d'honneur de l'édition 2008. Ils sont venus faire du business. Après une journée de visites de stands, " on enchaîne non-stop les meetings d'une heure et demie à deux heures avec nos clients opérateurs ", raconte Frédéric Tassy, le directeur général du taiwanais HTC pour la France et le Benelux.GRANDE VITRINE MARKETINGDifficile d'obtenir des chiffres précis, sans briser le sacro-saint " secret des affaires ", sur les retombées de ce salon incontournable, qui se transforme en " marathon de meetings clients " dans les " salons d'hospitalité " du congrès ou plus souvent dans les hôtels de la ville investis par les équipementiers et les opérateurs." Ici, au salon, nous faisons 60 % de notre année. C'est un endroit clé pour le business ", confie Eric Surdej, le directeur général de LG Electronics France, qui a écoulé 2,2 millions de mobiles l'an dernier dans l'Hexagone. Il ne s'agit pas forcément de signatures formelles de contrats mais plutôt de " l'aboutissement de discussions bien préparées en amont depuis le mois d'août " avec les opérateurs, dont les représentants se rendent régulièrement, " tous les deux mois ", au siège coréen pour essayer les nouveaux modèles avant de passer aux commandes.Derrière la grande vitrine marketing que constitue le salon, " il y a surtout Noël 2008 et même le début de 2009 qui se profilent. C'est l'occasion de consolider d'importants partenariats ", explique le responsable européen d'un fabricant asiatique. " C'est une foire où se fait du vrai business. On parle prix, marketing, campagnes communes et catalogues du deuxième trimestre ", rapporte Yves Maître, le responsable des terminaux chez Orange. " En partant de Barcelone, on sait quels fabricants seront nos partenaires stratégiques cette année. Mais on ne fait de prévisions qu'à six mois et on ne commande qu'à deux ou trois mois. Nous n'avons pas encore une visibilité à 100 % sur Noël, qui représente un tiers de nos ventes ", nuance-t-il." On ne peut s'aventurer à prendre si tôt des risques sur les prix en raison notamment des fluctuations monétaires ou des possibles ruptures de composants " , fait valoir ce cadre d'Orange. Un autre opérateur reconnaît toutefois que " des contrats se signent à Barcelone et l'on travaille sur les plannings de commandes de Noël. Des choix se font sur les modèles " . Mais un fabricant asiatique constate que " l'agitation du salon n'offre pas toujours la sérénité nécessaire à la signature d'un contrat ".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :