À l'assaut du public féminin

 |   |  476  mots
La femme, l'avenir du jeu vidéo ? Ce n'est pas une boutade. L'image de l'adolescent boutonneux capable de passer des nuits entières devant son écran à traquer, manette à la main, un méchant voleur n'est plus vraiment représentative de l'univers du jeu vidéo. Si, il y a encore trois ans, le joueur classique était à 82 % masculin et âgé en moyenne de 27 ans, aujourd'hui, 40 % sont des femmes et l'âge moyen a grimpé à 32 ans. Ainsi, les 2 millions de joueurs " gagnés " en une année ont majoritairement plus de 40 ans et à 75 % sont des femmes !Et ce n'est pas fini, promettent d'une seule voix les professionnels du secteur. Depuis trois ans, le secteur est totalement bousculé par le phénomène des " jeux occasionnels ", explique Laurent Michaud, spécialiste des jeux vidéo à l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate).LES JEUX OCCASIONNELSContrairement aux jeux vidéo classiques comme Zelda ou le jeu de rôle en ligne World of Warcraft, les jeux occasionnels ne nécessitent pas de passer des heures devant sa console ou son écran. En 2008, avec une console, on peut s'offrir une partie de scrabble, faire sa gym, découvrir des nouvelles recettes de cuisine, élever un cheval, faire ses devoirs de vacances ou encore prendre des cours d'anglais ! " Ces jeux ont trouvé une résonance grâce à Nintendo qui a révolutionné le marché avec la DS et la Wii, des consoles familiales et accessibles à tous ", souligne Laurent Michaud. " La force de Nintendo est d'avoir décomplexé les gens face au jeux vidéo et d'avoir ainsi attiré de nouveaux joueurs, notamment les plus de 40 ans et les femmes ", explique le directeur marketing de la filiale française, Mathieu Minel.Inimaginable il y a encore quelques années, la DS, qui s'est vendue à 75 millions d'exemplaires à travers le monde, est utilisé à 66 % par les filles ! Et pour la Wii - 29 millions d'unités vendues -, 52 % des joueurs sont des joueuses ! Les jeux occasionnels, qui ne pèseraient aujourd'hui que 2 milliards d'euros sur les 40 milliards d'euros escomptés en 2008 par le secteur du jeu vidéo à l'échelle mondiale, sont bel et bien le moteur de croissance du marché.Et le français Ubisoft l'a bien compris en étant un des pionniers sur ce nouveau créneau. " Désormais, le jeu vidéo n'est plus réservé aux seuls initiés, les gamers ", explique Geoffroy Sardin, directeur général d'Ubisoft. Dès le lancement de la DS, Ubisoft a fait le pari de proposer des jeux adaptés à tous. Le groupe édite par exemple le Scrabble et il est surtout devenu incontournable dans l'univers des petites filles avec les jeux de la gamme Lea Passion vendu à 5 millions d'exemplaires. Certes, on est encore très loin des 210 millions de jeux Mario vendus à travers le monde, mais pour combien de temps encore ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :