Nintendo révolutionne le marché des consoles de jeux

 |   |  362  mots
En 2006, Nintendo lance sa console de salon, la Wii, avec la ferme intention de révolutionner le marché. Et de supplanter les deux mastodontes du secteur, Sony et Microsoft. Deux ans plus tard, pari réussi haut la main pour la firme japonaise : la Wii est la console de salon la plus vendue dans le monde avec près de 29 millions d'unités. Sa part de marché atteint 42,8 % (source WG Chartz), devant la Xbox 360 de Microsoft (32,7 %) et très loin devant la PlayStation 3 de Sony, il est vrai dernière arrivée sur le marché, qui atteint, elle, les 19,5 %. Au niveau mondial, la Microsoft Xbox 360 a conquis 17 millions de joueurs. Lancée un an après, la Sony PlayStation 3 a séduit 13 millions d'aficionados à travers le monde. La France n'échappe pas à la domination de la firme du célèbre personnage Mario : Nintendo y a vendu 1,8 million deconsoles, loin devant Sony etMicrosoft dont les ventes sontrespectivement de 800.000 et 750.000 unités.BAISSE DES PRIXLa raison de ce succès est simple : Nintendo, déjà heureux propriétaire de la DS, a révolutionné l'univers du jeu vidéo en faisant tomber une à une les barrières d'âge et de sexe. Autre raison expliquant le succès mondial de la Wii, un prix très attractif. En France, elle a été mise sur le marché 249 euros à Noël 2006, contre 399 euros pour la Xbox 360 et 599 euros la PS3. Pour tenir face à la déferlante Wii, Microsoft et Sony n'ont pas eu d'autre choix que de revoir à la baisse le prix de leur console. La console de Sony a ainsi vu son prix diminuer de 34 % en passant de 599 euros à 399 euros.Baisse encore plus spectaculaire pour la Xbox 360. La firme de Redmond vend aujourd'hui sa console au prix de base de 199 euros pour son pack Arcade. Dans le même temps, Nintendo s'est offert le luxe de vendre un pack incluant la console Wii et le jeu Wii Sports toujours au prix de 249 euros. Aujourd'hui, Nintendo est prêt à tout pour protéger son nouveau territoire et faire durer ce succès. Selon Capital, la seule filiale française aurait investi 90 millions d'euros en publicité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :