Thomson pousse ses pions dans les télécoms

 |  | 342 mots
Les opérateurs en télécommunications font aujourd'hui partie des clients clés de Thomson. Le groupe de services et d'équipements pour l'industrie de la vidéo a annoncé hier qu'il comptait réaliser cette année de l'ordre du milliard d'euros de chiffre d'affaires dans les télécoms, soit environ 15 % de l'activité du groupe. En 2005, Thomson réalisait 837 millions d'euros de facturation dans ce domaine selon les estimations du courtier Exane BNP Paribas.Ces nouvelles positions dans les télécoms s'expliquent par les acquisitions l'an dernier d'Inventel et de Cirpak, mais aussi par la croissance des nouvelles offres de téléphonie. Selon Bruno Fabre, le responsable des activités télécoms de Thomson, "55 % à 60 % de ce milliard d'euros proviendront ainsi de la vente de plates-formes pour les services de triple play", ces boîtes qui permettent d'accéder à Internet, de téléphoner et de recevoir la télévision. Le groupe devrait ainsi confirmer dans quelques jours avoir livré 1,5 million de LiveBox à France Télécom."Aujourd'hui, les opérateurs en télécoms veulent proposer à leurs abonnés de nouveaux services (téléchargement de musique, de vidéo, transfert de photos, etc.) afin de contrer la baisse du chiffre d'affaires lié au transport de la voix. Nous pouvons leur offrir les solutions technologiques pour le faire", avance Bruno Fabre, pour expliquer le positionnement de Thomson face aux équipementiers de réseaux traditionnels.Une offre complémentaire. Le groupe ne se pose donc pas comme un concurrent direct des équipementiers télécoms traditionnels, notamment Alcatel, le numéro un mondial des réseaux de triple play. L'atout de Thomson est d'être "réseaux agnostiques", affirme Bruno Fabre. Et donc complémentaire des autres équipementiers. Un des arguments qui accrédite, selon de nombreux observateurs, le scénario d'un rapprochement entre Thomson et Alcatel. Néanmoins, la fièvre autour d'un tel schéma ("La Tribune" d'hier) est retombée en Bourse avec une action Thomson qui a chuté de 2,10 % à 14,91 euros.Olivier Pinaud

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :