Soitec va doubler sa capacité de production

 |  | 376 mots
cite>Soitec construira sa troisième usine à Singapour. Le groupe de silicium sur isolant (SOI), dont l'outil actuel, situé à Grenoble, doit arriver à saturation en 2008, doublera ainsi sa capacité de production à plus de deux millions de plaques de SOI par an. Le montant de l'investissement s'élève à 350 millions d'euros, dont 100 millions pour la salle blanche et 250 millions pour les équipements. Il sera financé en partie par l'augmentation de capital de 204 millions réalisée en mars. La production débutera dans le courant de l'année 2008.Le choix de l'Asie, plutôt que l'Europe ou les États-Unis, n'est pas une surprise. " La construction de notre troisième usine à Singapour, dans une zone où sont présents la plupart des grands groupes de semi-conducteurs, donne un signal fort à notre clientèle dont 90 % se trouvent à l'exportation ", explique à La Tribune André-Jacques Auberton-Hervé, le PDG de Soitec. Cela lui permet de se rapprocher des principaux fondeurs mondiaux de semi-conducteurs.Marché en forte croissance. Les 4.000 m² de l'usine seront par exemple mitoyens des bâtiments de Chartered, l'un des premiers clients de Soitec. En plus de faciliter la logistique, cette proximité pourrait aussi contribuer à accélérer l'adoption du SOI par les plus grands fabricants de puces, alors qu'il ne représente aujourd'hui que 5 % du marché mondial des semi-conducteurs mais affiche une croissance annuelle de plus de 40 %, contre 7 % à 8 % pour le secteur, en raison d'un niveau de performance supérieur au silicium classique. Le SOI est notamment utilisé par AMD dans ses microprocesseurs et par IBM pour les puces des nouvelles consoles de jeux vidéo. Enfin, cette implantation asiatique, dans une zone dollar, permettra à Soitec de réduire son exposition au risque de change. Aujourd'hui, la société vend 80 % de sa production en dollars alors que ses coûts sont essentiellement libellés en euros.Mais Soitec ne mise pas tout sur l'Asie. Le groupe va investir 100 millions dans sa deuxième usine iséroise. En achetant les salles blanches de son voisin Memscap, il va pouvoir installer jusqu'à 16 lignes de production contre un maximum de 12 actuellement. Enfin, Soitec a conclu un partenariat public-privé avec l'agence de l'innovation industrielle. Elle apportera 60 des 170 millions destinés à financer NanoSmart, le centre de recherche développé en partenariat avec le CEA Léti.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :