Meetic a doublé ses bénéfices en 2005

Après la rencontre, puis la séduction, il faut entretenir la flamme et ménager des surprises. Aux premiers résultats publiés par Meetic depuis son introduction en octobre dernier, la Bourse a réagi par l'indifférence. La société de sites de rencontre en ligne a augmenté de 110 % ses bénéfices l'an passé, mais les chiffres étaient conformes aux attentes. La valeur a oscillé entre le rouge et le vert en séance, avant de clôturer à 31 euros (-0,32 %). Elle conserve un gain de 39 % par rapport au prix d'introduction de 22,30 euros. Quatre ans après son lancement commercial, Meetic se félicite de publier des résultats qui valident "la solidité de son modèle économique": la société a doublé son chiffre d'affaires à 43 millions d'euros et son résultat net, à 5,7 millions d'euros, tout en améliorant sa marge d'exploitation de 17,8% à 19% et sa marge nette de 12,6% à 13,2%. La société ne communique pas de prévisions mais son Pdg et fondateur, Marc Simoncini, qui contrôle 54% des droits de vote, se déclare "confortable" avec le consensus d'un chiffre d'affaires de 72 millions d'euros pour 2006, en hausse de 67%. Les statistiques de Nielsen Ratings en février 2006 confirment le leadership européen de Meetic, tant en nombre de visiteurs uniques qu'en part d'audience. Plus cher que Google. Après l'acquisition du site néerlandais lexa, pour 11,5 millions d'euros, et du chinois eFriends pour 20 à 25 millions de dollars, en début d'année, Meetic dispose encore d'une trésorerie nette de 80 millions d'euros au 28 février et compte poursuivre sa politique de croissance externe. Afin de prévenir l'arrivée du marché européen à un certain plateau, dans deux ou trois ans, Meetic a commencé à étendre sa couverture géographique : il est présent dans treize pays d'Europe. En Chine, un marché de volumes où la facturation est plus difficile, la société espère lancer rapidement son service Meetic. En revanche, la société n'a pas de velléités d'aller sur le marché américain, déjà mature et chasse gardée de Match.com, le leader mondial, filiale du groupe de Barry Diller, InterActive Corp.Meetic, qui dépense environ 50 % de son chiffre d'affaires en publicité, a également développé une offre plus segmentée, en direction des plus jeunes et des seniors, afin de diversifier ses sources de revenus et mieux valoriser le trafic. Le maintien d'une croissance forte sera nécessaire pour justifier les multiples de valorisation actuels du site : Meetic se traite à 46 fois les bénéfices de 2006 et 32 fois ceux de 2007, un peu moins cher que Yahoo mais plus cher que Google... Delphine Cuny

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.