L'Afrique suscite la convoitise des loteries

 |   |  436  mots
326 millions de mises annuelles sont attendus dans quatre ans.jeuxL'Afrique bientôt sauvée par le jeu ? En tout cas, les initiatives se multiplient. Le secrétaire d'État en charge de la coopération, Alain Joyandet, est en discussion avec la Française des Jeux pour lancer, en France, une loterie qui permettrait de dégager 10 millions d'euros de financements pour aider l'Afrique. Au même moment, BR Gaming, société française créée par Jean-Michel Bailly et William Rouff, associés à l'ancien footballeur professionnel d'origine ivoirienne Basile Boli (actionnaire à hauteur de 20 % du capital), est fin prête pour lancer, en novembre prochain, AfricaMillions, une loterie transfrontalière sur le modèle de l'Euro Millions de la Française des Jeux. Cette fois, il s'agit de faire jouer les Africains en Afrique. Les dirigeants de BR Gaming assurent qu'ils consacreront une partie des gains au financement de projets sociaux en Afrique.perspectives prometteusesCela ne devrait pas poser de problème car les perspectives d'AfricaMillions semblent prometteuses. Alors que l'entreprise n'a pas encore fait un centime de chiffre d'affaires, le fonds d'investissements Alpha vient de valoriser la société à 50 millions d'euros avant d'apporter 15 millions d'euros contre une part de 20 % du capital. La loterie opérée en Afrique démarrera dans quatre pays : la Côte-d'Ivoire, le Sénégal, le Burkina Faso, et le Congo avant d'être rejointe par le Bénin et le Togo, puis le Niger et le Ghana. Des terminaux dotés de liaisons satellitaires seront progressivement déployés chez des commerçants.Des loteries existent déjà en Afrique mais elles sont limitées à un pays. AfricaMillions offrira des chances de gains biens supérieures pour des mises de 200 francs CFA (soit 0,30 euro) qui se situent dans la fourchette basse des tarifs pratiqués par les loteries en Afrique. Les petites rivières feront les grands fleuves si l'on en juge par les prévisions établies par BR Gaming. Dès la première année, AfricaMillions devrait générer un chiffre d'affaires de 16 millions d'euros et un profit opérationnel de 4 millions. Et pour la quatrième année, le produit brut (les mises) devrait s'élever à 326 millions et permettre de dégager un chiffre d'affaires de 126 millions d'euros qui laissera 106 millions de résultat opérationnel.Sans attendre, les responsables de BR Gaming, rejoints par un ancien de la Française des Jeux, Christian Kalb, relancent un ancien projet : une loterie transfrontalière en Amérique du Sud, LatinaMillions. « Elle démarrera en mai 2010, dans quatre pays », révèlent Jean-Michel Bailly et William Rouff.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :