La crise ? Pas pour Ferrari, Porsche, Bentley...

 |   |  284  mots
Les piètres résultats des constructeurs automobiles au premier trimestre reflètent la crise en Europe. Heureusement, un créneau échappe encore complètement à la morosité : le très haut de gamme. Si Fiat va plutôt mal, sa filiale Ferrari est en pleine forme. La marque au cheval cabré a accru de 5% ses ventes sur les trois premiers mois à 1.798 unités. Pas mal pour des véhicules facturés au minimum 185.000 euros pièce. Le résultat d\'exploitation atteint 80 millions d\'euros, en progression de plus de 40%. Soit une marge opérationnelle de 16%. Pas mal.Marge record dans l\'auto pour PorscheChez Bentley (groupe Volkswagen), les livraisons ont progressé de 26% à 2.200 unités sur les trois mois et le bénéfice d\'exploitation a presque doublé à 27 millions, soit une marge de 8,6% du chiffre d\'affaires. Ses Bentley sont proposés  à des tarifs évoluant entre 170.000 et 300.000 euros! Côté Porsche, la célèbre marque de Stuttgart, qui se retrouve désormais aussi dans le giron du groupe Volkswagen, atteint une marge trimestrielle de 17,5%. Un record dans l\'automobile. Et ce, avec 37.000 livraisons et  573 millions de résultat d\'exploitation.Asie-Pacifique en hausseCe sont évidemment les ventes hors d\'Europe qui tirent volumes et profits. Chez Ferrari, les livraisons en italie se sont écroulées, mais les volumes ont bondi de 18% en Asie-Pacifique, de 14% aux Etats-Unis. L\'Asie-Pacifique absorbe aujourd\'hui 19% des ventes du label de Maranello, les Etats-Unis 25%. On retrouve les mêmes phénomènes chez Porsche ou Bentley. La Chine représente désormais 26% des ventes de la célèbre marque anglaise. Les riches clients des pays émergents aiguillonnent le luxe. Pas seulement dans l\'automobile d\'ailleurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :