La formation continue, un secteur qui ne connaît pas la crise

 |   |  627  mots
Voilà un secteur qui se porte bien et qui traverse sans encombre la crise : en 2011, le chiffre d\'affaires réalisé par les organismes dispensateurs de formation continue, qu\'il s\'agisse de leur activité principale ou d\'une activité secondaire, a continué à progresser (+5 %).58.668 organismes ont ainsi réalisé un chiffre d\'affaires de… 13,1 milliards d\'euros en formant 23,8 millions de stagiaires (+5,1 %) et dispensant au total 1.152 millions d\'heures (+4,1 %).Des données intéressantes alors que vient de s\'ouvrir une importante négociation entre le patronat et les syndicats pour rendre plus efficiente la formation professionnelle en la destinant aux publics qui en ont le plus besoin.De fait, l\'étude de la Dares (service statistiques du ministère du Travail) montre que la formation continue est un bon gâteau.En 2011, le nombre d\'heures-stagiaires (cumul des heures suivies par chaque stagiaire) réalisées a atteint 1,2 milliard en hausse de 4%. Le nombre des stagiaires formés progresse aussi de 5%, atteignant 23,8 millions.Les organismes à but lucratif se taillent la part du lionAutre élément intéressant, en 2010 comme en 2011, 97% des organismes de formation relèvent du secteur privé (à but lucratif, non lucratif et formateurs individuels) et réalisent 78% du chiffres d\'affaires du secteur et accueillent 86% des stagiaires.Et, pas de chance, le chiffre d\'affaires des prestataires à but non lucratif progresse moins vite que celui des organismes à but lucratif ou des formateurs individuels, avec respectivement une hausse de 2,6%, 5,9% et 6,7%. De quoi encore alimenter la méfiance sur la destination de l\'argent de la formation…Ainsi le poids les prestataires privés à but lucratif atteint maintenant 54% (en hausse de 1 point par rapport à 2010). A eux seuls, ils réalisent environ la moitié de l\'activité du secteur avec 52% des stagiaires formés, 44% des heures-stagiaires dispensées et 49% du chiffre d\'affaires réalisé.En parallèle, les organismes privés à but non lucratif (associations, syndicats, coopératives, fondations, …) représentent un prestataire sur cinq mais leur part de marché recule d\'un point en un an.Quant aux prestataires individuels, il connaissent la plus forte progression du chiffre d\'affaires (7%).Un secteur totalement atomiséReste qu\'il y a certainement du ménage à faire parmi les prestataires. Avec 59.000 organismes, le secteur est totalement atomisé.Cependant, les plus gros organismes se taillent la part du lion : 1% des organismes ont réalisé en 2011 un chiffre d\'affaires supérieur à 3 millions et 44% du chiffre d\'affaires global en formant 31% des stagiaires.A l\'autre bout de l\'échelle, les organismes réalisant moins de 150.000 euros de chiffre d\'affaires représentent 82% des prestataires. Et, sans surprise, les achats de formation des entreprises représentent plus de la moitié des recettes des organismes, 39% étant directement versés par les employeurs et 17% transitant par les organismes collecteurs (Opca).Les administrations publiques représentent la deuxième source des revenus (26%).Lire aussi: \"Réformer la formation professionnelle, oui mais...\" Les chômeurs ne représentent que 12% des stagiairesLe public des stagiaires doit aussi attirer l\'attention. Les deux -tiers sont des salariés, leur nombre progresse de 6% sur un an.Quant aux demandeurs d\'emploi, qui doivent à l\'avenir devenir la priorité dans l\'accès à la formation professionnelle, selon les desiderata de François Hollande, ils représentaient en 2011 \"que\" 12% des stagiaires formés, soit une minuscule hausse de 0,45% par rapport à 2010.Il y a encore bien du chemin à parcourir pour atteindre les 20% désirés.La formation à la sécurité des biens et des personnes (y compris hygiène et sécurité) arrive en tête avec 11% des stagiaires.Puis viennent les formations \"au développement des capacités d\'orientation, d\'insertion sociale et professionnelle\" (6,5%), aux spécialités de santé (6,5% également), à la gestion 6,4%) et à l\'informatique (6,1%). 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :