Cédres se pose en vigie de la rénovation urbaine

 |   |  253  mots
Créée en 2005 à Marseille et lauréate en 2006 de Réseau Entreprendre Paca, Cédres se positionne entre le bureau d'études, le notaire et le porteur de projet. Son objectif : éviter, par son expertise technique et juridique, que des coûts de dépollution initialement non repérés ou mal évalués ne viennent plomber la rentabilité potentielle, voire la réalisation d'un aménagement urbain. La PME (600.000 euros de chiffre d'affaires prévu en 2010, 6 salariés) intervient ainsi autour du stade Vélodrome, à Marseille. La réhabilitation par GFC Construction de l'enceinte de l'OM en vue de l'Euro 2016 de football s'accompagne d'un vaste complexe associant habitat, bureaux, commerces. Des dizaines de milliers de mètres cubes de terre vont être déplacés. Pour Cédres, ce chantier est d'autant plus important qu'il lui permet de mettre son savoir-faire au service de sa ville d'origine. « Jusqu'alors, notre activité se déroulait presque totalement en région parisienne », confie Sébastien Bony, cofondateur et dirigeant de la PME, en citant, pour références, Espaces Ferroviaires pour un projet d'1,5 ha autour de la gare de Lyon, à Paris, et Icade pour un dépôt de bus de la RATP impliquant de « bouger » 228.000 m3 de terre. « Aujourd'hui, construire de la ville sur la ville, en réhabilitant d'anciennes zones d'activités désaffectées, est devenu un enjeu majeur pour les mairies ou communautés de communes », estime le dirigeant, convaincu du potentiel de croissance de la PME. Jean-Christophe Barla, à Marseille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :