Sarkozy cajole la Corse avant les régionales

 |   |  474  mots
Le 21 mars, la Corse pourrait se colorer de rose. Un sondage Ifop pour la radio France Bleu Frequenza Mora, France 3 et le magazine « Corsica » indique qu'avec 41 % des intentions de vote, la gauche l'emporterait avec une avance de deux points sur la droite aux élections territoriales. Or la Corse est une des deux seules régions de métropole, avec l'Alsace, conservées par la droite aux dernières élections régionales de 2004. Autant dire que la visite de Nicolas Sarkozy dans l'île, officiellement consacrée au développement durable, avait, ce mardi, une forte couleur électoraliste. La journée corse du président a été ponctuée par des manifestations de lycéens et des blocages des ports insulaires, en raison d'une grève des personnels des compagnies Société nationale Corse Méditerranée et Compagnie méridionale de navigation. Dans son discours au palais des congrès d'Ajaccio, Nicolas Sarkozy a estimé que le temps était venu de « moderniser » les outils du développement de la Corse. Il a notamment rappelé que la loi du 22 janvier 2002 prévoyait le lancement d'un programme exceptionnel d'investissement (PEI). « D'ici 2013, 168 millions d'euros financeront des opérations nouvelles dans le domaine du développement durable. Ils s'ajouteront aux 868 millions déjà programmés depuis 2002. Au total, d'ici à 2017, ce sont deux milliards d'euros qui auront été consacrés au rattrapage de la Corse, ainsi que je m'y étais engagé », a-t-il souligné en fixant les priorités ? assainissement, eau, traitement des déchet ? et en appelant à ne pas « se polariser à l'excès sur les grands travaux de transports ».ClarificationLe chef de l'État a voulu clarifier la position de l'État sur le plan d'aménagement et de développement durable de la Corse (Padduc), ajourné sine die en juin 2009 alors qu'il était un des principaux objectifs de la mandature de Camille de Rocca Serra et Ange Santini, les deux hommes forts de la droite corse. « Le Padduc n'intègre pas les prescriptions du Grenelle de l'environnement, il devra également intégrer les conclusions des assises des territoires ruraux que j'annoncerai la semaine prochaine. [...] La future Assemblée de Corse sera donc consultée avant l'été, non pas sur un nouveau plan, mais sur un projet de loi modifiant la démarche et le contenu du Padduc », a annoncé Nicolas Sarkozy.Le chef de l'État a aussi proposé la création en Corse d'un institut euro-méditerranéen des feux de forêt pour coordonner les politiques de lutte contre un fléau qui a entraîné la destruction de 315.000 hectares dans le sud de l'Europe en 2009. Il a insisté sur la gestion du foncier en Corse, jugeant nécessaire de « taxer la spéculation pour préserver les terres agricoles ». Et il a plaidé pour le développement des énergies renouvelables, « en particulier en mer ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :