Cécile Duflot revendique une approche « pragmatique » de l'écologie

 |   |  351  mots
Installés sur l'estrade, les 18 colistiers font face au public, chacun intervenant dans sa spécialité lorsque « Cécile » lui donne la parole. En ce mardi matin, la présentation du programme d'Europe Écologie en Île-de-France fleure bon la démocratie participative. Mais Cécile Duflot devance d'emblée les critiques. Son programme est « constitué de véritables solutions pensées de manière globale, avec un cap politique : la transformation écologique et sociale de notre territoire ». « Cohérence », « pragmatisme », « crédibilit頻... la secrétaire nationale des Verts a le souci de convaincre du sérieux de sa démarche. « Le projet est dimensionné pour correspondre aux ressources actuelles de la région », assure la candidate.Cécile Duflot revendique aussi une ambition forte pour l'Île-de-France : il s'agit non seulement de sortir de cette crise, mais aussi d'« anticiper » les crises à venir ; il ne s'agit pas seulement de vouloir protéger, « même avec un bouclier » (allusion au programme Huchon), mais d'« innover » et de faire de la région « un puissant levier de transformation du territoire ». Le président PS promet une « transition écologique » pour l'Île-de-France ? « Je préférerais qu'on assume nos divergences et que chacun s'en tienne à ses propositions », répond Cécile Duflot.170.000 emploisLa proposition phare d'Europe Écologie est la création de 170.000 emplois « durables et non délocalisables » : 100.000 grâce à la rénovation-isolation à basse consommation des logements et à l'essor des transports collectifs ; 30.000 dans les filières industrielles liées aux nouvelles énergies et éco matériaux ; et 40.000 dans le secteur de l'économie sociale. Des conférences régionales pour l'emploi seront organisées au printemps 2010 avec chaque filière. Et l'accent sera mis sur les formations préparant aux nouveaux métiers de l'« économie verte ». Pour financer cette politique, Cécile Duflot propose de doubler le budget régional du logement, avec 100.000 constructions nouvelles et 200.000 rénovations. Et, côté transports, elle souhaite la mise en place d'un « Pass vert » unique à 65 euros (qui remplacerait le Pass Navigo et ses tarifs différenciés) et d'un ticket à 1 euro le week-end. Stéphanie Tisserond

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :