PS  : moins de cumul, davantage d'élus

 |   |  354  mots
Pas aussi compliqué que le traité de Lisbonne sur lequel revotaient hier les Irlandais, mais tout de même assez complexe avec ses onze questions, le référendum du Parti socialiste a attiré 46 % des adhérents à jour de leurs cotisations, soit 92.310 votants. Une participation qui semblerait étriquée à l'échelon national mais qui fait figure de bon résultat pour la direction de Martine Aubry. La pauvrette est obligée de se contenter de peu, fragile dès sa naissance, brièvement consolidée lors de l'université d'été de La Rochelle, puis de nouveau ébranlée par les soupçons de manipulation des votes lors de son élection comme première secrétaire. Deux questions principales étaient à l'ordre du jour : les primaires pour la désignation du candidat socialiste pour la présidentielle de 2012 ; et le non-cumul des mandats. Les résultats sont massifs. Sont d'accord pour les primaires : 68 %. Pour le non-cumul d'un mandat parlementaire avec un mandat local : 72 %. Et pour limiter à trois mandats successifs les présidents d'exécutifs local (les maires, présidents de conseil général, régional et d'intercommunalité) : 75,4 %. Au premier coup d'?il, il y aurait de quoi s'étonner de cette forte adhésion au mandat unique. Le PS est notoirement composé, dans son noyau dur, d'élus de tous niveaux, de l'ordre d'un tiers des quelque 200.000 militants. Et le cumul, les élus socialistes le pratiquent avec délices. Des figures comme Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et de surcroît président de la Communauté urbaine, n'apprécient guère la proposition de passage au mandat unique. D'ailleurs, les socialistes ne sont pas seuls à aimer une variété de fauteuils : 500 députés sur 577 et 250 sénateurs sur 343 ont au moins un mandat local. Le message de la base socialiste est clair : faites de la place ! À vue de nez, sur les 504.000 postes d'élus disponibles en France, le non-cumul devrait bien en libérer quelques centaines, et la limitation à troismandats, quelques milliers. Si vous êtes un jeune socialiste, surtout femme, la perspective professionnelle n'est pas négligeable. sgherardi@latribune.fr Sophie Gherard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :