Chrysler en plein boom, GM à la traîne, sur un marché auto américain porteur

 |   |  337  mots
Les constructeurs auto américains pavoisent, surtout Chrysler.  Le plus petit des ancien \"Big Three\" de Detroit a annoncé ce jeudi une progression de ses ventes de 21% aux  Etats-Unis l\'an dernier à 1,65 million de véhicules. Les cinq marques de la filiale du groupe italien Fiat ont toutes enregistré des progressions de leurs ventes en 2012, avec même un record mondial historique pour Jeep, le célèbre spécialiste du 4x4. Belle revanche pour Chrysler, qui avait dû se placer sous la protection de la loi sur les faillites (Chapitre XI) en 2009. La firme enregistre son 33ème mois consécutif de croissance. Ford progresse, GM à la traîneFord a enregistré pour sa part une progression de 4,7% à 2,25 millions de véhicules écoulés outre-Atlantique l\'an dernier. GM reste un peu à la traîne. Le mastodonte, qui avait aussi dû se mettre sous la protection du Chapitre XI en 2009 et recevoir 50 milliards de dollars d\'argent public pour ne pas sombrer, a affiché une hausse de 3,7% de ses ventes aux Etats-Unis l\'an passé à 2,59 millions de véhicules. L\'allié de PSA fait moins bien que l\'ensemble du marché. Toyota en plein boomParmi les non-américains, le constructeur japonais Toyota a enregistré une envolée de 26,6% de ses ventes aux Etats-Unis l\'an dernier à 2,08 millions d\'unités, signant un spectaculaire rebond après deux mauvaises années en 2010 et 2011 - à cause des perturbations de production dues au séisme de mars dans l\'archipel.Marché en croissanceLe cabinet d\'études de marché Polk s\'attend à voir les ventes de véhicules neufs aux Etats-Unis dépasser la barre des 15 millions en 2013... aux Etats-Unis. Soit une croissance dont le rythme s\'affaiblit. Les immatriculations devraient augmenter cette année de 6,6% à 15,3 millions outre-Atlantique, après environ 14,5 millions de véhicules en 2012 et 12,7 millions en 2011. Polk prévoit un marché américain de 15,8 millions en 2014, 16,2 millions en 2015. Au creux de la dépression, en 2009, le marché avait fondu à 10,3 millions. Mais on est encore loin des 17 millions de 2005.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :