L'ancienneté d'un fonds n'est pas un gage de performance

 |   |  700  mots
Si « les performances passées ne préjugent pas des performances futures », les investisseurs ne peuvent s'empêcher de regarder dans le rétroviseur pour juger de la qualité d'un produit. Beaucoup d'institutionnels, en particulier les gérants de fonds de fonds, exigent un « track record » (historique) d'au moins trois ans pour les sélectionner. Ils écartent donc quasi-systématiquement les « jeunes » fonds avec pour risque de ne pas profiter de bonnes performances sur quelques années. La question est de savoir si le critère de « track record » fait du sens d'un point de vue de la performance et du risque.Deux approchesLipper a tenté d'y répondre à travers l'analyse de fonds actions zone euro, internationales, diversifiés et obligataires euro. Pour cela, « nous avons utilisé deux approches, indique Dunny Moonesawny, responsable de la recherche pour l'Europe et le Moyen-Orient chez Lipper et coauteur avec Juan Manuel Vicente Casedevall, responsable de la recherche ibérique, du rapport ?Ruling out new funds : wrong decision ?? (Exclure les nouveaux fonds : une mauvaise décision ?). La première compare, sur trois périodes séparées d'un an, la performance des fonds de moins d'un an à celle des fonds de plus de trois ans avec comme critères le rendement, la volatilité et la perte maximum. Quant à la seconde, elle porte sur l'analyse des performances des fonds en début de ?vie? par rapport à leur indice de référence ».Résultat : aucun élément tangible ne prouve que les fonds ayant un long historique délivrent une surperformance avec une volatilité moindre. Bien au contraire, soulignent les deux auteurs, « nos données empiriques suggèrent que les fonds récemment lancés ont affiché un rendement moyen supérieur avec un risque plus faible ». Les conclusions de la première approche montrent que, pour la catégorie des fonds actions zone euro, les « jeunes » fonds affichent sur les trois périodes analysées une surperformance significative avec une volatilité moindre et une perte maximale moyenne enregistrée inférieure dans deux cas (voir ci-contre). Mais investir dans un fonds parce qu'il a réalisé une belle performance l'année suivant son lancement peut s'avérer risqué. Rien ne garantit que le fonds rééditera l'exploit. Un fonds lancé en 2008 n'a pas bénéficié des mêmes conditions de marché qu'un fonds lancé en 2009. Historique du gérantDans ce cas, regarder le track record du gérant, et non pas du fonds, peut être plus pertinent. Pour les autres catégories étudiées, les conclusions sont proches à l'exception des fonds obligataires où les « vieux » fonds ont l'avantage, les gérants gardant souvent les titres jusqu'à leur échéance à la différence des gérants actions qui font tourner leurs portefeuilles.L'objectif de la seconde approche est de voir si « les investisseurs n'ont pas intérêt à investir dès le départ et ne pas attendre au minimum trois ans, ce qui, en cas de surperformance, éviterait qu'ils passent à côté de rendement élevés », indique Moonesawny. Ainsi, un fonds actions zone euro lancé avant juin 2001, et analysé sur neuf ans, affiche sa deuxième meilleure performance la première année. Et sans surprise, il enregistre ses plus mauvais résultats entre juin 2002 et 2003 et juin 2008 et 2009, période de crise. Les nouveaux produits réalisent souvent leur meilleure performance en début de vie. Implication initiale La littérature sur le cycle de vie des gérants de fonds suggère que les gérants de nouveaux fonds s'impliquent fortement dans la phase de croissance du produit. Ils ont l'obligation de performer pour assurer la pérennité de la société de gestion et du fonds, d'autant qu'une autre étude de Lipper publiée cet été (« Zen and the art of mutual fund maintenance ») a montré que cela pouvait générer de la collecte. Les souscriptions trimestrielles des fonds ayant un historique d'un an et se classant dans le premier quartile en termes de performance représentent en moyenne 1,6 milliard d'euros. Cette motivation diminue quand le fonds arrive à maturité, le gérant ne se consacrant plus uniquement à la gestion du fonds mais coiffe d'autres casquettes dont celle de commercial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :