Début d'année en dents de scie pour les fusions-acquisitions

 |   |  329  mots
Les trois premiers mois de 2010 ne laisseront pas un souvenir impérissable dans le domaine des fusions-acquisitions. Surtout en Europe où ces opérations, pourtant appelées des voeux de tous les professionnels, ne se sont finalement pas concrétisées. Selon les chiffres collectés par Thomson Reuters, les transactions européennes se sont inscrites en repli de 25% par rapport à la même période de 2009. Un retrait d'autant plus symptomatique que toutes les autres zones géographiques connaissent d'assez nettes progressions. Comme l'Asie avec un gain de 66%, le Moyen Orient (+165%), l'Afrique (+138%) ou les Etats-Unis (+13%). Le secteur énergétique a manifestement concentré l'intérêt des investisseurs puisqu'il représente 25% des opérations initiées sur le continent américain.Peu de deals dans les services financiersEn Europe, l'année a donc démarré très mollement. Y compris dans le secteur des services financiers où les spécialistes anticipaient nombre de consolidations après les malheurs des derniers mois. Les opérations de fusions-acquisitions dans ce domaine d'activité ont totalisé 7,8 milliards d'euros, soit à peine 10% du montant total des opérations réalisées en 2009 (80 milliards d'euros). "Toutefois, une reprise est attendue sur le reste de l'année 2010. Des opérations de rapprochement devraient notamment voir le jour en Espagne et en Allemagne qui apparaissent comme des pays présentant des opportunités assez importantes dans le secteur des services financiers" estime PWC.Restructurations imposées par BruxellesEt d'ajouter que l'activité des fusions-acquisitios dans la finance devrait aussi être tirée par des programmes de cessions et de restructurations envisagées par les banques européennes ayant bénéficié des aides publiques. Programmes de cessions qui leur ont été imposés par la Commission Européenne suite au versement des aides.Au-delà des banques, d'autres transactions dans des secteurs tels que celui de l'assurance, de la gestion d'actifs ou des moyens de paiement pourraient être réalisées en Europe au cours des prochains mois, anticipe PWC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :