Déjà quatre entreprises sanctionnées pour non-respect de la parité

 |   |  301  mots
Le décret sanctionnant les entreprises ne respectant pas l\'égalité salariale hommes-femmes porte lentement ses fruits. Seules quatre sociétés ont été sanctionnées financièrement depuis le mois de janvier pour non-respect de la parité. \"Nous sommes aujourd\'hui à 4 entreprises qui ont été sanctionnées financièrement (...) 400 entreprises qui ont été mises en demeure avec six mois pour se mettre en conformité sinon la sanction tombe\", a indiqué, ce mercredi 4 septembre au matin, la ministre des Droits des femmes, interrogée par RMC, sans préciser de quelles sociétés il s\'agissait. \"Je crois que nous arrivons à atteindre nos objectifs et nous allons continuer\", s\'est félicitée Najat Vallaud-Belkacem.Des pénalités de plusieurs milliers d\'euros/moisLa porte-parole du gouvernement a également indiqué que \"2.700 plans d\'égalité\" avaient été envoyés par les entreprises qui ont compris que \"le couperet\" finirait désormais par tomber. Les sociétés sanctionnées doivent débourser \"plusieurs milliers d\'euros chaque mois\" si elles ne se mettent pas en conformité avec la législation. Les pénalités peuvent aller jusqu\'à 1% de la masse salariale.Un nouveau projet de loi visant à réduire les inégalités hommes-femmes sera examiné le 16 septembre au Sénat. D\'après la ministre, il introduit \"de nouvelles mesures\" en empêchant \"les entreprises qui ne respectent pas l\'égalité professionnelle de soumissionner à des marchés publics\". C\'est \"une mesure dissuasive\", a-t-elle ajouté.Encore 28% d\'écart de salaire dans le privéSelon les derniers chiffres de l\'Insee, l\'écart de revenu salarial entre les hommes et les femmes atteignait 28%, en 2010, dans le secteur privé. En 2012, les femmes devaient travailler 79 jours de plus que les hommes pour gagner autant qu\'eux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :