Dubai chronicle  :   l'immobilier va continuer de chuter

 |   |  249  mots
« Les surcapacités dans le secteur immobilier vont encore s'aggraver et cela va continuer à exercer une pression sur les prix de ventes et de locations pendant encore un certain temps », estime Jones Lang LaSalle, une agence immobilière tournée vers les entreprises. L'Émirat a été durement touché par la crise financière. Des projets immobiliers de plusieurs milliards de dollars ont été gelés et les prix des logements ont chuté de 50 % depuis la fin de l'an dernier. Dans l'immobilier de bureaux, le taux d'occupation est tombé à 75 % et à 65 % seulement dans les hôtels, selon Jones Lang LaSalle. La Deutsche Bank estime que le stock de logements neufs invendus devrait atteindre 32.000 unités début 2010.« Je pense que, dans un contexte d'austérité, nous pouvons difficilement fermer les yeux sur les salaires que vont se verser les patrons », a mis en garde le ministre des Entreprises, Salman Khursheed. Rappelant que les salaires doivent être décidés par les actionnaires, le ministre des Entreprises a souligné que « personne en Inde, à l'intérieur ou à l'extérieur de la classe politique, n'a atteint un niveau de libéralisme où la vulgarité serait considérée comme un droit de l'homme ». Ce n'est pas dans les attributions du gouvernement de juger si les salaires versés sont mérités, « mais cela ne signifie pas que les patrons sont complètement libres ». Un rapport parlementaire a révélé que certains patrons se versaient des salaires équivalant à 12.500 fois le revenu moyen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :