Pourquoi Renault peine-t-il à séduire  ?

 |   |  232  mots
Fabriquant quatre voitures sur cinq hors de France, Renault est l'un des constructeurs les plus délocalisés. Il est très présent en Europe de l'Est, Russie, Turquie, Amérique du Sud et en Corée avec sa filiale Renault-Samsung. Il dispose de plusieurs usines à bas coûts (Pitesti en Roumanie, Slovénie, Bursa en Turquie, Togliatti en Russie et bientôt Tanger au Maroc). Mais, si son déploiement géostratégique est remarquable, le constructeur pâtit d'une offre trop peu attractive, hormis ses Dacia d'entrée de gamme qui concurrencent d'ailleurs les petites Renault.Après l'échec de la Vel Satis en haut de gamme, le vieillissement de l'Espace dont les ventes s'amenuisent, le succès très mitigé de la familiale Laguna, Renault se retrouve plus centré que jamais sur les modèles petits et compacts, avec des véhicules à l'esthétique banalisée, passe-partout, après les audaces stylistiques de jadis. L'innovation technologique s'est aussi tarie, en attendant l'électrique. L'image de marque reste médiocre dans le monde, selon les enquêtes. N'oublions pas que, dans beaucoup de pays, les Dacia sont vendues... sous le label Renault. La qualité a énormément progressé ces derniers temps, mais cela ne ressort pas encore dans les études auprès des clients. Renault affiche d'ailleurs le plus gros déficit des constructeurs mondiaux. A.-G. V.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :