Zone « Asean » : le petit poucet de l'Asie devient grand

 |   |  302  mots
Créé en 2008, le fonds Baring Asean Frontiers se focalise sur les marchés frontières d'Asie du Sud-Est. Il a progressé de 46,9 % en 2010 après avoir bondi de 80,4 % en 2009. Son gérant, Soo-Hai Lim, en dresse les contours. Quels sont les pays que vous couvrez ?Les marchés de l'Asean se définissent par opposition aux marchés majeurs asiatiques. Moins avancés dans leur dynamique de développement, ils présentent un potentiel boursier plus important à long terme. L'Asean regroupe ainsi cinq grands marchés : Singapour, la Malaisie, l'Indonésie, la Thaïlande et les Philippines. Le fonds est aussi investi sur les bourses du Sri Lanka, du Vietnam, du Bangladesh ou du Laos.Quels sont vos grands thèmes d'investissement ?La zone dispose d'une population jeune, d'une démographie favorable et d'une main d'oeuvre bon marché. Nous misons donc sur le développement progressif de la consommation, des services bancaires, du tourisme mais aussi sur certaines niches de compétitivités comme l'agriculture avec la production de riz, de sucre, de crevettes, d'huile de palme ou encore de caoutchouc. Plusieurs pays bénéficient actuellement de la forte hausse du prix des matières premières agricoles.Quels sont aujourd'hui vos principaux paris ?Nous sommes investis au Sri Lanka à hauteur de 6 % du portefeuille. Le pays a retrouvé une certaine stabilité depuis la fin de la guerre en 2009 et enregistre depuis une croissance moyenne de 5 % par an, qui devrait s'accentuer. Le retour progressif des touristes et d'importants besoins en infrastructures dans tous le pays vont soutenir cette dynamique. Nous sommes également fortement investis sur des acteurs régionaux, notamment bancaires, cotés à Singapour. Même si les pressions inflationnistes suscitent aujourd'hui quelques inquiétudes, nous sommes confiants quant aux perspectives des marchés de cette zone. Propos recueillis par Thierry Bisaga.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :