ouverture du capital : un non-sujet ?

 |   |  142  mots
Très contestée par la profession, l'ouverture du capital des labos d'analyses à plus de 25 % à des non-biologistes a été écartée par la France. Mais Bruxelles, jugeant la décision non conforme au droit de la concurrence, a saisi la Cour européenne de justice qui se prononcera le 2 juin. « Nous vérifions régulièrement qu'aucun non-biologiste ne détienne directement plus de 25 % d'une structure », indique Isabelle Adenot, présidente du conseil national de l'Ordre des pharmaciens. Sauf que Labco et Novescia possèdent depuis longtemps des laboratoires à 100 %, et ne s'en cachent pas. L'astuce ? Le recours à des holdings, autorisées par dérogation (loi Murcef) en faisant par exemple acheter des labos français par des biologistes espagnols, pays où la loi est plus souple. Quelle qu'elle soit, la décision de juin ne devrait donc guère modifier les pratiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :