Haier sur les plates-bandes de Seb

 |   |  409  mots
Haier fera feu de tout bois pour s'imposer en Europe. La marque chinoise d'électroménager ne se contentera pas de ses réfrigérateurs, son premier métier, de ses lave-linges ou de ses gazinières. « Nous lancerons notre gamme de petit électroménager en France, en Allemagne et au Royaume-Uni en 2011, après un premier test réussi mené l'an dernier en Italie  », a dévoilé Sun Shubao, directeur général de la marque sur le continent européen, lors d'un entretien avec la presse étrangère à Shanghai. fournisseur de dartyLe groupe réalise environ 10 % de ses 18,2 milliards de dollars de ventes avec ses grille-pain, aspirateurs, bouilloires et autres rice-cookers. En Europe, l'industriel (29 usines dans le monde et 60.000 salariés), est connu pour fournir à Darty, sous la marque Proline, une gamme à petits prix de toasters et bouilloires. Cette fois, Haier veut imposer sa propre marque sur un créneau moyen - haut de gamme, à l'unisson de sa stratégie dans le gros électroménager où il brigue une place parmi le top 5 des fabricants en 2014. « Il nous faut être perçu comme une marque, et non pas comme un fabricant de produits bas de gamme », observe Zhang Tieyan, directrice marketing, en reconnaissant l'ampleur du défi à relever pour ce groupe écoulant 50 millions de produits par an, dont 17 millions de réfrigérateurs et 10 millions de téléviseurs.Avec sa gamme de petit électroménager, le groupe va chasser sur les plates-bandes du groupe Seb, qui, voilà plusieurs années, a pris le virage de l'innovation pour précisément s'affranchir des imports chinois à petits prix. Les deux groupes se connaissent bien : en 2007, Seb a mis la main sur Supor, numéro un du marché chinois du petit électroménager. L'offensive doit permettre à Haier de développer sa notoriété, très faible aujourd'hui, pour conquérir les linéaires d'électroménager en Europe (2,4 % de ses ventes mondiales) vingt ans après son entrée en tant que fabricant. séduire le marché européenReste à séduire les Européens friands de « belles cuisines ». Le show-room de son siège social de Qingdao que, à l'invitation de Haier, « La Tribune » a visité, montre que le look Haier n'égale pas encore celui de ses rivaux d'Occident. Il revient à René Aubertin, ex-Darty, arrivé récemment au poste de vice-président Europe, de les « customiser aux goûts européens », a-t-il rappelé mi-mai sur BFM-Radio. Juliette Garnier, à Qingdao

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :