Nicolas Sarkozy attaque Google de front

 |   |  397  mots
Sans citer nommément le moteur de recherche, Nicolas Sarkozy s'est livré à un réquisitoire sans merci à l'encontre de Google en France. Le président de la République, qui s'exprimait jeudi soir dans le cadre des v?ux au monde de la Culture, a appuyé la proposition faite la veille par la commission « Création et Internet » d'imposer une taxe sur les géants du Net. Taxe qui vise principalement le moteur de recherche, qui jouit d'une position prépondérante dans la publicité en ligne. « J'invite Christine Lagarde à lancer au plus vite une expertise pour appréhender fiscalement les activités publicitaires des grands acteurs de l'Internet présents en France », a déclaré le président de la République.pas de cadeau« Ces entreprises sont taxées dans le pays siège alors qu'elles ponctionnent une part importante de notre marché publicitaire, s'est inquiété le président, visant le moteur de recherche de manière à peine voilée. Cette fuite en matière fiscale est particulièrement dommageable et altère le jeu de la concurrence. On n'a aucun cadeau à leur faire. Je n'ai rien contre mais les mêmes règles doivent s'appliquer à chacun. Que dirait-on si une entreprise se comportait comme cela aux États-Unis ? » Le président a invité l'Autorité de la concurrence à examiner le marché de la publicité en ligne en France.Parmi les 22 mesures du rapport, Nicolas Sarkozy s'est déclaré favorable à la mise en place d'un système de gestion collective des droits, qui permettrait aux sites de musique en ligne comme Deezer, de verser des droits aux producteurs en fonction d'un barème unique. « Je sais que cette mesure ne fera pas plaisir aux producteurs mais il faut que chacun fasse un effort », a-t-il déclaré. Autre mesure retenue, le principe du prix unique du livre sur le numérique, qui consiste pour l'éditeur à fixer lui-même le prix d'un livre. Il est également favorable à une TVA réduite et « invite la Commission européenne à [?] autoriser les États à appliquer une TVA réduite sur les produits culturels ». Il a proposé un portail de référencement de la vidéo à la demande et a « invité à expérimenter sans délai le filtrage des sites sur Internet ». nJe sais que cette mesure ne fera pas plaisir aux producteurs mais il faut que chacun fasse un effort. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :