Le Luxembourg prêt à réduire (partiellement) son secret bancaire

 |  | 269 mots
Lecture 1 min.
Après la Suisse, le Luxembourg ? Le ministre des Finances du Grand Duché, Luc Frieden, affirme dans la presse allemande que son pays est prêt à lever partiellement le secret bancaire en vigueur, très controversé au sein de la zone euro. « La tendance internationale va vers un échange automatique d\'informations bancaires. Nous n\'y sommes plus strictement opposés » déclare le ministre au « Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung », après les critiques des partenaires de la zone euro des pratiques bancaires particulières du Luxembourg, qui favorisent l’évasion fiscale.Ne pas compter sur les clients qui veulent échapper au fisc« Nous voulons renforcer la coopération avec les autorités fiscales étrangères », affirme le ministre, citant comme exemples d’informations pouvant être transmises les paiements d\'intérêts à des clients étrangers. «Le Luxembourg ne compte pas sur les clients qui veulent économiser sur leurs impôts » fait-il valoir. Le ministre avait récemment indiqué qu’il souhaitait que les clients financiers viennent au Luxembourg « non pas pour échapper au fisc ... mais parce que nos produits et nos services sont mieux adaptés aux besoins internationaux. » La semaine dernière, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, avait cependant critiqué la taxe sur les dépôts bancaires imposée à Chypre en contrepartie du plan de sauvetage, estimant que « l\'Allemagne n\'a pas le droit de décider du modèle économique d\'autres Etats de l\'Union européenne. » Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, avait cependant souligné qu’on ne pouvait comparer les cas de Chypre et du Luxembourg.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :