Barroso plaide pour la création d'emprunts obligataires européens

 |   |  349  mots
« Un euro dépensé au niveau européen vous rapporte plus qu'un euro dépensé au niveau national », a lancé José Manuel Barroso devant les eurodéputés mardi, à Strasbourg. Un slogan destiné à convaincre de la nécessité de renforcer les capacités financières de l'Union européenne.Le président de la Commission prononçait son tout premier discours sur « l'état de l'Union ». Une nouveauté inspirée du grand discours annuel du président des États-Unis au Capitol Hill, en moins grandiose. Craignant des travées clairsemées, les responsables du Parlement avaient songé infliger des pénalités financières aux députés absents, avant de faire marche arrière face aux protestations des élus.Devant un hémicycle finalement bien garni, José Manuel Barroso a proposé la création d'eurobonds, des emprunts obligataires européens, pour financer d'importants projets d'infrastructure. Cette proposition, déjà jadis lancée par l'Italie, fait écho au souhait de la présidence belge de relancer de grands chantiers pour remettre des projets concrets au coeur de la construction européenne. Berlin est hostile à ces eurobonds, peu désireux de partager les risques d'un emprunt avec les pays moins solvables. « L'émission d'eurobonds présente l'avantage non négligeable de permettre de repérer de nouvelles ressources financières sans devoir recourir à l'introduction de nouvelles taxes », a expliqué à « La Tribune » le commissaire européen à l'Industrie, Antonio Tajani. José Manuel Barroso n'a toutefois pas abandonné l'idée d'un impôt européen, considérant que le système actuel de financement du budget, dépendant des contributions des États membres, avait atteint ses limites. Le Portugais a reçu le soutien du patron des élus de centre droit, le Français Joseph Daul, pour qui « la question d'un impôt européen ne doit pas être taboue ». Conscient des réticences de nombreuses capitales, à commencer par Londres et Paris, le président de la Commission a rappelé que « le budget de l'UE n'est pas pour Bruxelles, il est destiné aux gens que vous représentez. »Y.- A. N., à Strasbourg

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :