Air Liquide se frotte les mains grâce à la grippe A

téA priori, aucun rapport entre Air Liquide, le coleader mondial des gaz industriels aux 13 milliards d'euros de chiffre d'affaires, et les gels hydro-alcooliques, ces petits flacons qui ont fleuri dans les sacs à main avec l'arrivée de la grippe A. Et pourtant... « Depuis cet été, nos volumes de solutions hydro-alcooliques sont multipliés par quatre par rapport à la cadence normale, à près de 1.800 tonnes par mois », explique Jean-Marc de Royere, directeur de l'activité santé d'Air Liquide. Cette branche fournit des gaz médicaux, mais aussi des prestations de soins et d'hygiène. C'est dans cette dernière activité, essentiellement dédiée à la lutte contre les infections nosocomiales, qu'entrent les fameux gels. « Nos clients sont aux trois quarts des hôpitaux et des professionnels de santé (médecins, dentistes), mais nous avons eu ces derniers mois des demandes de grands groupes (France Télécome;lécom, Deutsche Bahn) et fournissons aussi les officines pharmaceutiques. Nous avons aujourd'hui un mois de délai de livraison », détaille Jean-Marc de Royere. Air Liquide opère en fait comme sous-traitant pour plusieurs marques de solutions hydro-alcooliques, notamment le laboratoire Cooper, qui distribue les gels Baccide. Le pic de production a été atteint en octobre dans l'usine lilloise du laboratoire Anios, contrôlée par Air Liquide, et le groupe a dû recourir lui-même à des sous-traitants pour faire face au surcroît d'activité.« prix stables »Pour autant, « Anios n'a pas augmenté les prix des solutions hydro-alcooliques, ni pour les hôpitaux ni pour les distributeurs, malgré la forte demande du marché. La DGCCRF a d'ailleurs été très vigilante sur ce point », souligne Bertrand Letartre, PDG d'Anios. Reste que l'engouement actuel risque d'être de courte durée. « En 2008, les solutions hydro-alcooliques ont représenté 10 % de nos ventes hygiène ? qui totalisent 300 millions d'euros. Elles devraient représenter 15 % cette année et 20 % l'an prochain », estime tout de même Jean-Marc de Royere.AUDREY TONNELIERle coleader mondial des gaz industriels opère comme sous-traitant pour plusieurs marques de solutions hydro-alcooliques.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.