Goldman Sachs affronte la grogne de ses investisseurs

 |   |  394  mots
queLa forteresse est fissurée. Assaillie de toutes parts sur les montants gigantesques de bonus qu'elle devrait verser cette année, Goldman Sachs a fini par réagir. Depuis quelques semaines, la banque américaine entreprend des réunions privées avec ses principaux actionnaires, selon la presse anglo-saxonne. L'objectif est de justifier et d'expliquer le système de rémunération de ses banquiers et traders. Plusieurs investisseurs auraient manifesté leur mécontentement auprès de la firme qui a provisionné plus de 16 milliards de dollars pour les rémunérations de ses salariés, soit 717.000 dollars par tête, depuis le début de l'année. Une moyenne qui a d'autant plus choqué que celle de 2007, la plus belle année d'avant-crise, s'élevait à 661.490 dollars.Les critiques de la part de l'opinion, des médias comme de la classe politique américaine se multiplient depuis deux mois. Traditionnellement discrète, Goldman Sachs n'a pas expliqué publiquement sa politique de bonus. Mais cette série de réunions d'investisseurs sur le thème précis des rémunérations est une première dans l'histoire de la banque. Elle prouve que celle-ci est au moins préoccupée par l'impact de ces polémiques auprès des investisseurs. Certains semblent d'ailleurs inquiets de l'image néfaste donnée par la banque à travers la distribution de ces bonus importants. Aucun ne s'est exprimé pour le moment. Mais il y a fort à parier que son premier actionnaire, Warren Buffett, qui détient 5 % de son capital, surnommé le « sage d'Omaha », ne se retrouve pas totalement dans la politique de Goldman Sachs. Ici, les rémunérations représentent 47?% des revenus sur les neuf premiers mois de l'année 2009 contre 38?% chez JP Morgan. Ces investisseurs demandent que la banque rabaisse ce taux de distribution à des niveaux plus convenables. Ils souhaitent surtout que la banque d'investissement leur reverse davantage de dividendes.En attendant, pour apaiser la polémique, Goldman Sachs a assuré que la part des bonus payée en actions serait plus importante en 2009 qu'auparavant. La banque a d'ores et déjà prévu que ses principaux dirigeants auraient la totalité de leur bonus payés en action cette année. La pression a fait son effet. M. Pe.la firme a provisionné plus de 16 milliards de dollars pour les rémunérations de ses salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :